Spheric Universe Experience: Unreal

Est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi la scène musicale française – je parle de la scène rock, là, même pas des gonadoclastes roucoulophoniques de la “variété” – continue à nous bassiner avec des groupes qui, à de rares exceptions près, sentent le moisi, alors que des formations du calibre de Spheric Universe Experience existent?

Groupe originaire de la région niçoise, Spheric Universe Experience se distingue en produisant un métal progressif de très haute tenue et qui, s’il ne nie pas ses influences (qui le pourrait dans ce domaine, d’ailleurs?), a un son bien à lui. Le dernier album, Unreal, est clairement une des toutes meilleures productions de cette année; entre eux, Aone et Fairyland, les groupes germaniques ou scandinaves pourraient bien avoir fort à faire pour maintenir leur hégémonie sur le genre.

Mélodies bien travaillées, alternance de passages à haute énergie et de (plus rares) plages calmes, harmonies vocales de belle tenue et technicité indéniable, Unreal a tout pour plaire. Je conseille particulièrement “Down Memory Lane”, “Lost Ghost” ou “Dragged”, qui sont à mon avis les meilleurs moments d’un album qui en compte beaucoup d’autres. Sans aller jusqu’à dire que tout est bon, Unreal est largement au-dessus de la moyenne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “Spheric Universe Experience: Unreal”

%d blogueurs aiment cette page :