Syncatto: A Place to Hide

Syncatto: A Place to Hide

A Place to Hide est le premier album – enfin, plutôt le premier EP, au vu de sa taille – de Syncatto, un projet de rock progressif instrumental que l’on doit au guitariste californien Charlie Robbins et dont la découverte revient à Fred Bezies.

Syncatto fait un peu penser à une version très, très prog de Joe Satriani, dominé par une guitare et des claviers, avec des tendances symphoniques et, de façon générale, une musique très énergique et enthousiaste.

L’album est plutôt court, avec sept pistes entre une minute et demie et cinq minutes, pour un total d’un peu plus de vingt minutes. Du coup, c’est un peu “sept petits tours et puis s’en vont”, ce qui laisse une légère impression de trop peu.

D’un autre côté, j’ai suffisamment écouter d’albums de guitaristes, pendant ma folle jeunesse (Vinnie Moore, David Chastain et consors) que je suis plutôt content que l’on reste dans un dosage d’arpèges en dessous de la LD50 – et encore, c’est parfois limite (“Life”).

Syncatto propose une musique qui est très agréable, mais un peu comme un gros sucre d’orge: à la longue, sous la virtuosité et l’enthousiasme, on sent poindre l’écœurement. Du coup, c’est une bonne chose qu’il soit aussi court.

Cela dit, au prix qu’il coûte – à savoir le prix que vous voulez – A Place to Hide est un intermède très sympathique, que vous pouvez d’ailleurs écouter intégralement sur Bandcamp.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. K von Murphy dit :

    Ça fera une bonne musique de fond…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :