SED à Genève

SED à Genève

Quand un ami que je n’ai pas revu depuis cinq ans me dit “Salut! avec mon groupe, on joue à Genève ce samedi. Tu viens?”, ça fait un peu bizarre. Déjà, je ne savais pas qu’il jouait dans un groupe. Le groupe en question s’appelle SED et il jouait donc à Le Scène de Genève.

“Your Favorite Band Cannot Save You”, de Scotto Moore

"Your Favorite Band Cannot Save You", de Scotto Moore

C’est un peu par hasard, via un article de MPC, que je suis tombé sur le groupe américain Beautiful Remorse et son nouvel album sans titre. Sans titre, certes, mais pas sans intérêt, au contraire: c’est probablement la meilleure musique que vous n’avez jamais écouté. Même si elle va probablement vous tuer.

The Night Flight Orchestra / Black Mirrors / Macakatac à Meyrin

The Night Flight Orchestra à L'Undertown

Dans mon agenda concert (de ministre), il y a des dates prévues longtemps à l’avance, et il y a ce que j’appellerais des “concerts d’opportunité”. La venue de The Night Flight Orchestra à l’Undertown de Meyrin en est un exemple: je me suis décidé à y aller en à peine dix jours. À la sortie …

Lire plus

Les locaux du samedi: Darius, Salvertine, What Aleph Said

Salvertine / Darius / What Aleph Said

Nouvelle édition thématique pour les Restes du samedi, la rubrique consacrée aux chroniques brèves. Aujourd’hui, je vais vous parler de trois groupes suisses romands: Salvertine et les deux formations post-rock découvertes lors du concert de Toundra, Darius et What Aleph Said.

Les restes du samedi: Out5ide, The Cult, Ordinance

Out5ide / The Cult / Ordinance

Pour cette nouvelle édition des Restes du samedi, nous allons donner dans de l’éclectique, avec le rock progressif français de Out5ide, le rock alternatif anglais du légendaire The Cult et le death progressif américain de Ordinance. Il y en aura pour tous les goûts – enfin, à part le mien, s’entend, vu que c’est un peu le but de cette rubrique.

Sonata Arctica à Octopode 2016

Octopode 2016 – Sonata Arctica

Genève n’a pas exactement la réputation d’être une région débordante d’activité festive, mais ça n’empêche pas que, parfois, on se retrouve avec des événements surprenants, tel ce festival Octopode, qui propose chaque année deux jours de festival gratuit avec des groupes locaux et des pointures internationales.

Paléo 2016 – Mardi: Muse & co

Cet article est le numéro 2 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

(Comme mentionné précédemment, cette semaine sera consacrée au Paléo 2016, sous la forme d’un liveblog de l’événement. Enfin, autant que faire se peut. Du coup, les réseaux sociaux et les flux RSS ne vont pas être super à jour.) Il est 18 h 10. On est rentrés, ouf! Dans les festivals, il y a une …

Lire plus

Tonton Alias Live from Paléo

Paléo 2016
Cet article est le numéro 1 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

Cette année, grande nouvelle: je vais au Paléo! Ouais, le Paléo Festival de Nyon, le gros festival de musique ultra-commercial-patin-couffin, à trente bornes de chez moi, où je n’ai pas mis les pieds depuis plus de vingt ans et un concert de ZZ Top particulièrement calamiteux.

Anthinoises 2016: les concerts

Anthinoises 2016, les concerts

Les Anthinoises, ce n’est pas seulement un marché médiéval, un Castel des Trolls regorgeant d’artistes et de joueurs (et de bière) et des animations diurnes. Le soir venu, c’est aussi – surtout, dirons les amateurs – des concerts de musique celtique et celtisante, avec une programmation éclectique et métissée, n’en déplaise aux chancres de la tradition pure et dure.

“Le train de la réalité”, de Roland C. Wagner

"Le train de la réalité", de Roland C. Wagner

Quand j’ai dis faire du rattrapage sur l’œuvre de Roland C. Wagner, je le fais jusqu’au bout (oui, je sais qu’il m’en reste encore plein à lire, à commencer par les Futurs mystères de Paris)! Acheté en même temps que Rêves de Gloire, Le train de la réalité de Roland C. Wagner est un complément à ce dernier composé de plusieurs textes de longueur variable, entre deux et une vingtaine de pages.

“Rêves de Gloire”, de Roland C. Wagner

"Rêves de Gloire", de Roland C. Wagner

Depuis le temps qu’on m’en parle, j’ai fini par lire Rêves de Gloire, le roman de Roland C. Wagner que beaucoup considèrent comme son “Grand-œuvre”. Il est vrai qu’avec ses huit cents pages en version poche, le bouquin se pose un peu là! Paru en 2011, c’est aussi, hélas, son dernier roman.