The Expanse, saison 5

J’ai déjà dit que The Expanse était sans doute la meilleure série de science-fiction de ce début de XXIe siècle et ce n’est pas cette cinquième saison qui va me faire revenir sur cette déclaration.

On retrouve l’équipage du Rocinante – James Holden, Naomi Nagata, Alex Kamal et Amos Burton – mais plus trop comme équipage du Rocinante.

Suite aux événements de la quatrième saison, le vaisseau est en révision sur la station Tycho, avec Holden pour superviser les réparations, pendant que les autres membres de l’équipage se retrouvent confrontés à leur passé.

Amos Burton part sur Terre pour régler la succession de sa mère adoptive, Alex Kamal revient sur Mars pour tenter de reprendre contact avec son ex-épouse et Naomi Nagata essaye de renouer avec son fils, qui est également le fils de celui qui va devenir le Grand Méchant de cette saison, Marco Inaros.

Pendant ce temps, l’ex-marine martienne Bobbi Draper enquête sur les trafics d’armes entre Mars et les Belters pour le compte de Chrisjen Avasarala, l’ex-Secrétaire générale des Nations-unies. Et Marco Inaros, lui, se prépare à frapper un grand coup. Littéralement.

Cette cinquième saison ne retient pas ses coups. Elle vient même donner un grand coup de botte (magnétique) cloutée dans l’univers et c’est plutôt une bonne chose: The Expanse n’a jamais réellement été une série sur le maintien du statu quo.

Un peu tout le monde va en prendre plein la tronche – surtout Naomi et… un peu toute la Terre, en fait. Et Alex aussi, mais je n’en dis pas plus (en même temps, il y a une raison hors écran pour ça).

Il y a quelques destructions à grand spectacle, quelques batailles spatiales (toujours en mode hard-science), des retournements de situation et des morts qui piquent, mais le cœur de l’histoire reste centré sur les personnages.

Au cours de cette saison, on va en apprendre plus sur le passé de Naomi et d’Amos, qui vont avoir droit à des arcs narratifs bien développés. Mention spéciale pour Naomi, qui, dans son genre, montre des niveaux de warrioritude franchement monstrueux. Amos aussi, mais on a plus l’habitude.

Au-delà de tout ça, il y a dans The Expanse un soin du détail qui est impressionnant et qui contribue à rendre crédible l’univers décrit dans la série. Les petits détails d’interface informatique, le parler des Belters, le comportement des liquides sur la Lune, tout ça contribue grandement à l’ambiance.

Avec un nouveau changement majeur dans la géopolitique de l’univers de The Expanse, cette cinquième saison confirme son statut de série de SF majeure.

Bonus: la bande-annonce de la saison

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee et sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “The Expanse, saison 5”

  1. Ce qui est chiant avec cette série, c’est qu’on n’arrive pas à en dire du mal, sauf en faisant preuve de mauvaise foi 😀

    Répondre
    • Oh, si, je suppose qu’il y aurait des trucs à dire sur la narration, le rythme et toussa, mais franchement, elle est suffisamment prenante pour que je n’ai pas envie de le faire.

      Répondre
  2. Bon, va falloir que je me trouve une source de streaming pour voir ça. J’avais déjà décroché à la saison 4.

    Je finis Star Trek Discovery d’abord…

    Répondre
  3. tout à fait d’accord il y a certainement des remarques à faire mais pour moi aussi la meilleure série sf actuelle
    j’en lis à petites doses les bouquins qui sont plus complets c’est correct aussi sans crier au génie ça m’emporte

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :