Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)

The Green Hornet

Prenez Batman. Le prototype du justicier solitaire, inoffensif playboy millionnaire le jour, qui combat le crime à la force de ses poignets et de ses gadgets. Sauf que, dans le cas de Britt Reid, (super)héros éponyme de The Green Hornet, sa fortune n’a égale que son incompétence et que la survie de son alter-ego héroïque dépend à peu près entièrement des prouesses martiales et technologiques de son faire-valoir, Kato.

Pour cette séance de rattrapage en DVD, nous nous sommes donc attaqué à ce remake d’une série télé des années 1960, surtout connue pour le fait que le rôle de Kato, chauffeur et majordome du héros, était tenu par Bruce Lee. Autant dire que, dans le cas présent, le ton retenu est celui de la grosse rigolade. Absolument personne ne se prend au sérieux, à part peut-être l’équipe pyrotechnique et les cascadeurs automobiles.

Le héros, interprété par Seth Rogen, également co-auteur du scénario, est donc une tache dont la seule qualité rédemptrice est un enthousiasme à toute épreuve et qui, à la mort de son magnat de presse de père, décide de combattre le crime, juste parce que. Kato (Jay Chou), est un génie mécanique, qui bricole des voitures équipées de plus de gadgets que douze Aston Martin propriété du MI6.

Tous deux affrontent, avec l’aide d’une journaliste (Cameron Diaz), le grand chef du crime, Chudnofsky; ce dernier est interprété par Christoph Waltz, dont on avait pu apprécier les talents dans Inglorious Basterds et signe également ici un grand antagoniste.

Les poursuites automobiles sont de grands moments de n’importe quoi avec moult explosions, les bagarres donnent lieu à une pléthore de sbires qui meurent des façons les plus débiles qui soient (cylindre d’une bétonneuse, pelleteuse volante, demi-voiture, etc.) et sont une inspiration pour tout jeu de rôle pulp ou superhéroïque, et pour Feng Shui en particulier.

N’attendez rien de plus de ce film qu’un cinéma d’action qui ne se prend pas une minute au sérieux et qui donne de joyeux coups de pieds au genre. Mais ça, il faut le reconnaître, il le fait très bien!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “The Green Hornet”

%d blogueurs aiment cette page :