The Legend of Korra, livre 1

Septante ans après que l’avatar Aang ait rétabli l’harmonie dans les nations élémentaires du monde, un nouvel avatar arrive. Elle s’appelle Korra, c’est une adolescente de la tribu de l’Eau et elle a un très mauvais caractère. The Legend of Korra est donc une suite de la série Avatar, the Last Airbender, mais dans un monde et avec une approche qui ont beaucoup changé – et qui déménage tout autant que la première série.

Déjà, si le monde est unifié et pacifié, c’est surtout devenu un monde industriel, comparable aux Années folles sur Terre: la Cité de la République est une New-York aux accents asiatiques très prononcés, où naviguent dirigeables et automobiles et où la tension entre les Maîtres, qui maîtrisent les éléments, et les Profanes est palpable. C’est même le nœud central de l’intrigue de la première saison, avec la montée d’un mouvement révolutionnaire “égalitariste”, qui vise à détruire la maîtrise des éléments.

Et puis il y a l’avatar elle-même. Korra est la réincarnation de Aang sous la forme d’une gamine de dix-sept ans particulièrement remuante et butée. Elle est capable de moments de rare sagesse (rares aussi, les moments en question), mais elle est surtout très enthousiaste pour résoudre les problèmes en tapant dessus. Au grand dam de Maître Tenzin, qui doit lui apprendre la maîtrise de l’air pour parfaire sa formation.

Korra fugue, tombe amoureuse, se lance dans les sports professionnels, aide la justice, courbe les cours et tabasse les gangs. Une adolescente normale, quoi.

La première saison, ou “Livre”, comporte douze épisodes et forme une histoire complète – avec certes une fin très avatar ex machina, mais au moins ça se termine sans trop laisser de trous. Elle tourne autour de la révolution des Égalitaristes et de leur chef masqué, Amon, qui remplit fort bien son rôle de méchant ambigu, mais méchant que même. Ce d’autant plus que la série compte également deux ou trois sous-trames pas piquées de hannetons.

Fondamentalement, à part cette fin un peu abrupte, il n’y a pas grand-chose à jeter dans cette série: les personnages sont crédibles et bien emmenés, y compris les personnages secondaires et les antagonistes, l’intrigue tient la route, les décors et le design asiatisants sont somptueux et les combats bien spectaculaires, avec des vrais arts martiaux qui boîtent.

Il y a également un côté très crédible, un peu décalé, dans la manière avec laquelle les maîtres utilisent leurs pouvoirs même pour des choses triviales – et, de façon générale, dans l’inventivité dans l’utilisation desdits pouvoirs.

Un autre point noir, plus technique, c’est la qualité du doublage français: sans être franchement catastrophique, il n’est pas très inspiré. Mais bon, en même temps, c’est aussi de ma faute: j’ai préféré le regarder en français plutôt qu’en VO par pure flemme.

Mais que cela ne vous arrête pas: The Legend of Korra est une de ces séries qui réussissent l’exploit de cumuler l’excellence dans les personnages, dans la narration, dans les décors et dans la qualité technique générale, avec en prime beaucoup d’humour. En d’autres termes, c’est de la bonne!

Et si ça ne suffit pas à vous convaincre, le trailer devrait y arriver:

https://www.youtube.com/watch?v=jmsT63BgFPw

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “The Legend of Korra, livre 1”

%d blogueurs aiment cette page :