“The Long War”, de Terry Pratchett et Stephen Baxter

Une génération après le “Step Day”, qui a vu une infinité de Terres parallèles s’ouvrir à l’humanité, Joshua Valienté repart à l’aventure pour The Long War, deuxième tome de cette saga signée par Terry Pratchett et Stephen Baxter, qui devrait en compter cinq au total (à l’heure où vous lirez ces lignes, le troisième, The Long Mars, sera peut-être déjà paru).

Sans vouloir trop révéler, la “longue guerre” dont il est question dans le titre, c’est la tentative des gouvernements terriens centraux, USA en tête, de vouloir reprendre le contrôle des colonies rebelles les plus lointaines dans l’enchaînement des mondes parallèles. Seulement, avec la technologie de “marche” entre les dimensions, rien n’est simple.

Parallèlement, Joshua, Sally, le lieutenant Janssen et Lobsang partent à la recherche des trolls, ce peuple humanoïde si particulier, qui semble fuir les mauvais traitements des humains et menace l’équilibre de la Longue Terre. En chemin, ils rencontrent d’autres espèces humanoïdes évoluées.

Paradoxalement, si ce deuxième tome renforce l’impression mitigée que j’avais eue après le premier – très jolie construction d’univers, mais faible action – il se dégage de l’ensemble une impression bien plus positive. Si la tendance ce confirme, j’ai l’impression que la saga de la Longue Terre, prise dans son ensemble, sera bien plus que la somme de ses parties.

Mais la force de The Long War, ça reste ce concept si particulier de la Longue Terre et, dans cet ouvrage, les auteurs poussent très loin leur réflexion sur les implications à moyen terme (à peu près une génération, dans le cas présent) d’une telle découverte.

On sent qu’il y a de la réflexion là derrière et c’est un exemple que devraient étudier ceux qui cherchent à introduire des éléments fantastiques (au sens large du terme) dans un univers contemporain (pas seulement, d’ailleurs). Pour les rôlistes, c’est là un terrain de jeu original et fascinant.

Faut-il lire cette série? Oui et non: oui si on est fan du genre ou des auteurs, non si on a peur de se retrouver frustré par une intrigue qui peine à se développer et qui n’en est pas encore à la moitié. Soyons clair: c’est quand même un très bon bouquin et je ne me suis pas vraiment ennuyé en le lisant, mais il pêche un peu niveau rythme et trame.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Lorhkan dit :

    J’avais déjà beaucoup apprécié le premier, je suis ravi de voir que le deuxième lui semble supérieur !
    Et le fait que tu affirmes que la saga pourrait bien être supérieure à la somme de ses parties rejoint ce que j’ai pu lire ailleurs.
    Bref, je suis client, donc je ne vais pas tarder à acheter ce deuxième tome.
    Lorhkan Articles récents…La chasse sauvage du colonel Rels, de Armand CabassonMy Profile

  2. FX dit :

    J’essayais de m’imaginer ce que tu veux dire par somme des parties, car naïvement dans mon esprit, tout cycle vaut forcément plus entier que pris séparément, il y a même des cycles qui n’ont pas beaucoup d’intérêt sur un seul roman pris au milieu (ambre par exemple). A bien y réfléchir, c’est vrai que certaines sagas n’ont pas plus d’intérêt à être lues en intégralité. Ca me paraît assez rare quand même, non ?
    FX Articles récents…Nova PraxisMy Profile

    • Alias dit :

      Ce que je veux dire, c’est que, pris individuellement, les ouvrages me semblent d’assez faible intérêt. Mais pris dans leur ensemble, il y a des motifs beaucoup plus intéressants qui se dégagent.

      Dans certaines sagas, chacun des volumes a son intérêt propre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :