“The Rapture of the Nerds”, de Cory Doctorow et Charles Stross

Avouez que, d’entrée de jeu, avoir Charles Stross et Cory Doctorow à l’affiche, ça fait un peu dream team pour ce The Rapture of the Nerds, roman de science-fiction décalé bien comme il faut que l’on pourrait résumer par “la Singularité vue par quelqu’un qui ne l’aime pas”.

En effet, Huw Jones, Gallois technophobe et héros de l’ouvrage, est l’un des rares humains qui, en cette fin de XXIe siècle, n’a pas chargé sa conscience dans le “nuage” avant de léguer sa viande résiduelle à un fabricant de pâté pour chat. Le reste de l’humanité, virtualisé, vit dans un nuage de matière informatique qui occupe l’espace autrefois réservé aux planètes du système solaire, Lune comprise.

Infecté par un virus d’origine extra-planétaire et, du coup, considéré comme hautement suspect par des autorités soucieuses de conserver un mode de vie préservé sur Terre, Huw va se faire balader par ses “amis” conspirateurs depuis son Pays de Galles natal vers la Seconde Jamahiriya magique libyenne jusqu’aux États chrétiens d’Amérique (qui se considèrent comme oubliés par le Ravissement) et va devoir négocier avec une juge hystérique, un évêque fondamentaliste, des extra-terrestres et, pire que tout, ses propres parents.

Ce livre est un gros délire. J’ai eu l’impression de lire une version de Accelerando (de Charles Stross) revue et corrigée par Douglas Adams. La Singularité dans tous ses excès sociaux, du point de vue d’un misanthrope transhumanosceptique. En mettant l’accent sur les côtés sociaux et en restant au niveau des personnages balancés sans ménagements dans des cultures qui ne sont pas la leur, c’est une ambiance qui parle tout de suite à l’auteur de Tigres Volants.

Il y a de l’action; on est même dans le domaine des montagnes russes, tant ça part dans tous les sens, avec des trahisons en pagaille et des retournements à la pelle. Après, l’intrigue est un peu (voire beaucoup, par moments) capillotractée, mais c’est presque un élément secondaire du bouquin. On peut aussi chouiner sur le côté passif et agaçant du protagoniste qui subit l’action (et deux changements de genre) une grande partie du bouquin, mais il y a quand même une évolution.

Il y a également beaucoup de jargon; en général, Doctorow essaye d’être didactique quand il cause d’informatique, mais soit Stross a mis son casque d’ancien admin Unix pour lui coller des coups de boule soit, plus probablement, les deux compères ont jugé que la subtilité n’était pas vraiment de mise et ils y sont allés plein pot. Du coup, le non-informaticien risque de ramer un peu et, de façon générale, le non-geek risque d’avoir du mal avec certaines références.

Vous vous en douterez: j’ai adoré ce bouquin. Il n’est certes pas sans défaut, mais il m’a beaucoup amusé et il est truffé d’excellentes idées sur les univers virtuels et leur gestion pratique. Avec un poil plus de 320 pages, ce n’est pas non plus un pavé indigeste et il est disponible sur le site de Cory Doctorow, sous licence Creative Commons (non-commerciale, pas de dérivés). Raison de plus de ne pas le manquer!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur ““The Rapture of the Nerds”, de Cory Doctorow et Charles Stross”

%d blogueurs aiment cette page :