The Second Death of Pain of Salvation

Je vais être méchant d’emblée: la meilleure partie du nouvel album live de Pain of Salvation, c’est son emballage. Intitulé The Second Death of Pain of Salvation, il se présente comme la bande originale d’une série télévisée, « Ending Themes », tellement mythique qu’elle n’a jamais existé – mais vous vous en doutiez un peu. S’il on en croit Wikipedia, le titre fait référence aux deux changements de musiciens au sein du groupe.

Le livret inclut les paroles – ce qui est rare dans un live – et une petite histoire narrant l’épopée fictive de la série en question, ainsi que les traditionnelles photos de concert assez impressionnantes. Tout ceci serait bel et bon si un album live ne devait contenir, ben… un album.

On me dira que je pousse un peu. C’est un de mes côtés geeks: si je n’arrive pas à placer une hyperbole, je m’étiole et je dépéris. The Second Death of Pain of Salvation n’est de loin pas le plus mauvais album en public qu’il m’est été donné d’écouter (The Tangent a, en son temps, fait bien pire). Je trouve par contre un peu dommage qu’il s’appuie principalement sur Scarsick, un album qui aurait pu être plus inspiré. C’est aussi le plus récent en date, ceci explique cela.

Même des monuments comme « Ashes » ou « Undertow » ressortent mieux sur le précédent live, qui était pourtant acoustique. Restent quelques perles, comme l’énormissime « Disco Queen », qui parviennent à sauver l’album de la grisaille.

Ce qui me vexe profondément, c’est que je suis persuadé que Pain of Salvation, en concert, doit être un groupe absolument monstrueux. Hélas, cet album ne fait pas grand-chose pour me le confirmer.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Acritarche dit :

    Je confirme, je confirme. En concert, ils tuent leurs mères en short!

    Je les ai vus au Spirit of 66 avec Dark Suns en guest. DS, c’est un groupe est allemand qui fait un métal prog pas très loin des première terres défrichées par POS (One hour by the concrete lake, quel titre et quel album!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :