« The Three-Body Problem », de Liu Cixin

"The Three-Body Problem", de Liu Cixin

Partout dans le monde, d’éminents scientifiques se suicident, déclarant que « la physique est fausse » avant de mourir. Wang Miao, chercheur en nanotechnologie à l’université de Beijing, est engagé par une équipe internationale pour les aider à résoudre ce mystère, dont la réponse pourrait bien se trouver dans un jeu vidéo immersif situé sur un monde à trois planètes.

Dit comme ça, on ne peut pas affirmer que The Three-Body Problem, de Liu Cixin est un ouvrage facile d’approche. Franchement, je m’attendais à pire et, quelque part, je le trouve même un peu trop simple par moments. Je ne vais pas vous dire de quoi ça parle exactement, parce que c’est très difficile de le faire sans gâcher une bonne partie de ce premier tome d’une trilogie.

Si, techniquement, il s’agit d’un ouvrage de science-fiction, je n’ai pas été convaincu par cet aspect du bouquin. C’est même la partie de The Three-Body Problem qui est trop simple, voire naïve; à vrai dire, j’espère que les deux tomes suivants vont revenir dessus et contredire les impressions que j’en ai, parce que sans cela, je vais être déçu.

Cela dit, il a un autre intérêt: c’est un ouvrage écrit par un auteur chinois et qui parle d’événements historiques qu’il a vécus – la Révolution culturelle, par exemple. Et si vous ne savez pas ce qu’est la Révolution culturelle, je vous conseille de faire un petit cours de rattrapage avant de vous plonger dans la première partie de The Three-Body Problem, sinon vous allez penser que c’est de la fiction qui va trop loin.

Vu ainsi, la première partie, qui se déroule en plein dans cette période et qui tourne autour de l’astrophysicienne Ye Wenjie, est franchement bluffante. C’est une plongée dans la dinguerie d’une époque qui tient beaucoup de la guerre civile, vue par la fille d’un scientifique massacré par une gamine de quinze ans pour « activités contre-révolutionnaires ».

De façon générale, The Three-Body Problem propose également une plongée dans la Chine contemporaine, ses contradictions entre le communisme d’État, les pulsions consuméristes et l’empilement d’héritages culturels divers. Les liens entre l’armée et l’appareil d’État apparaissent en filigrane, souvent au hasard d’une note du traducteur – l’auteur américain d’origine chinoise Ken Liu.

Si j’attends de voir ce vers quoi la suite va tendre pour avoir un avis sur la trilogie, ce Three-Body Problem – Prix Hugo 2015, tout de même – a l’intérêt de bien poser le décor et les enjeux. Les enjeux en question auraient mérité un traitement un peu plus intéressant pour que je sois complètement enthousiaste.

Comme je débarque après tout le monde, vous pouvez aussi lire les avis de Gromovar, de Cédric, de Lohrkhan et de Lune, parmi bien d’autres.

Flattr this!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JC dit :

    Je n’ai pas accroché du tout sur ce bouquin. L’idée de base était tentante, le fait de mélanger révolution culturelle et science fiction également, mais non rien à faire. Je ne lirai pas la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :