The Watch : Planet Earth ?

Cette fois, c’est officiel : le Genesis du début des années 1970 – celui avec Peter Gabriel et Steve Hackett – a découvert une machine à voyager dans le temps et fait un saut de trente-cinq ans dans le futur. Mais, pour que ça ne se voit pas trop, ils ont pris l’identité d’un groupe italien, The Watch, pour sortir leurs nouveaux albums, tel ce Planet Earth ? (le point d’interrogation fait partie du titre, donc).

Bon, il est possible que je m’avance un peu sur l’histoire du voyage temporel, mais à l’écoute de ce rock progressif si vintage, il est possible de douter ; oui, je sais : explications rationnelles, rasoir d’Occam et tout ça, mais je soupçonne que les les explications rationnelles et le rock progressif ne font pas bon ménage de toute façon. Car The Watch, déjà connu pour faire du revival Genesis à ses heures, livre avec cet album un parfait exemple de musique « à la manière de », à commencer par la voix gabrielesque en diable de Simone Rossetti.

Depuis le temps que je râle sur ces groupes qui donnent dans le vintage style genre au lieu d’essayer d’explorer des nouvelles pistes, je dois avouer que je suis soufflé, d’une part par le culot de The Watch et, surtout, par la spectaculaire maîtrise de leur sujet. Ils doivent bouffer du Foxtrot, Supper’s Ready et autres Selling England by the Pound tous les jours pour arriver à calquer à ce point les pas de leur maîtres, tout en parvenant malgré tout à sortir des compositions originales. Les ceusses qui, dans les années 1980, voyaient dans Marillion un obscur clone de Genesis peuvent aller se coucher : ils n’avaient rien, mais alors rien vu (ou entendu, en fait).

Soyons franc : en général, j’aime plutôt bien les groupes qui vont du vrai-faux prog à l’ancienne, façon grand-mère, sinon cette pénible question d’originalité. La plupart font des albums très honnêtes et plutôt plaisants.

Planet Earth ? est d’une toute autre trempe : il pousse tellement loin la copie qu’il en devient original et je ne peux que le recommander – presque à mon corps défendant – aux fans de prog dinosaurien en général et aux amoureux du Genesis de la grande époque en particulier.

Vous voyez ce que je voulais dire à propos du prog et de la raison ?

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tof dit :

    Ah, voilà quelquechose que tu me donnes envie d’acheter !
    (Avec le bouquin de Cory Doctorow que tu chroniques un peu en dessus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :