This Is How You Die

This Is How You Die est le second tome de Machine of Death, l’anthologie sur les machines qui prédisent la façon dont les gens vont mourir. Et si le premier était sympathique par ses prémisses et servait à poser l’ambiance, celui-ci se lance plein pot dans le délire.

Je rappelle brièvement le principe: il existe une machine qui, à partir d’un peu de sang, peut dire avec 100% de certitude comment une personne donnée va mourir. La prédiction est parfois capillotractée ou faisant montre d’un sens de l’humour noir inquiétant, mais elle est toujours exacte.

À partir de là, le premier volume (désormais disponible en PDF gratuit sous licence CC) avait débroussaillé le concept en montrant comment les gens réagissaient à la prédiction, au niveau personnel comme au niveau social. Dans ce deuxième tome, les auteurs ont décidé de jouer avec le concept et de le décliner dans toutes les formes possibles.

Ainsi, nous avons droit à des genres aussi différents que du contemporain plus ou moins fantastique, des contes moraux, des histoires romantiques, de la science-fiction militaire (mais aussi plus conceptuelle), de la spéculation scientifique, de l’horreur lovecraftienne, du post-apo à zombies, une enquête policière au Zimbabwe et même une aventure de Sherlock Holmes.

Ce foisonnement est d’autant plus réjouissant que la plupart de ces histoires sont très réussies. Les auteurs se sont amusés avec le concept et ça se ressent – et je suppose que le trio des éditeurs (Ryan North, Matthew Bernardo et David Malki!) ont également fait un excellent boulot dans la sélection.

La où Machine of Death était intéressant et plutôt bon, This Is How You Die est carrément excellent, avec des idées bien tordues et des histoires qui poussent le concept originel dans des directions imprévues et souvent très impressionnantes d’ingéniosité. Je le conseille chaudement aux amateurs de nouvelles fantastiques qui n’ont pas peur d’une bonne dose de satire et d’humour noir.

Pour vous faire une idée de l’ambiance, je conseille de jeter un coup d’œil au trailer du bouquin:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Roboduck dit :

    Le trailer est bien délire, en tout cas.
    Roboduck Articles récents…Politique IntégraleMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :