Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Thy Catafalque: Naiv

Thy Catafalque: Naiv

Dans la catégorie « metal expérimental », Thy Catafalque tient une place à part et Naiv, le nouvel album, le prouve une fois de plus. Peut-être même un peu trop, cette fois-ci.

Thy Catafalque, c’est le projet du musicien hongrois Tamás Kátai. À une base metal progressif / black-metal, il ajoute des éléments de musique folklorique centre-européenne (et chanté en hongrois) et d’électro, limite synthwave. Des fois dans le même morceau.

Avec ses neuf pistes, Naiv est un album plutôt court: un peu moins de cinquante minutes et des compositions qui dépassent rarement les six minutes.

Thy Catafalque est un groupe (ou projet) que j’aime bien. Les sonorités sont très originales et, si le mélange des genres peut surprendre, il se révèle le plus souvent très harmonieux.

C’est une fois encore le cas dans ce Naiv, mais je dirais que, dans le cas présent, on n’a pas vraiment l’impression d’avoir un album, mais plus une compilation. Une compilation de morceaux brillants, certes, mais sans cohérence.

Ceux qui connaissent Thy Catafalque savent que c’est un peu la marque de fabrique du projet. Mais autant les précédents albums avaient l’attrait de la nouveauté, ce qui fait que je lui pardonnais beaucoup de choses, autant ici je suis moins convaincu par l’ensemble.

Là encore, le problème n’est pas tant la qualité des compositions: il y a de très belles choses dans cet album, comme « A bolyongás ideje », « A valóság kazamatái » ou « Kék madár (Négy kép) ».

Encore qu’il y a aussi des trucs vraiment barrés, comme « Tsitsushka » (électro, metal, saxophone et claviers chelous) ou le folk-metal chamanique de « Embersolyóm ».

Bon, soyons honnête: un peu tout cet album est à la fois beau et chelou.

Naiv n’est donc pas exactement un mauvais album, mais plus un assemblage d’excellents morceaux. Il y a juste trop de trucs, tout le temps et partout; on n’arrive plus à suivre. Cela dit, je vous conseille quand même d’aller y jeter une oreille ou douze. Il est disponible sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Embersolyóm »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “Thy Catafalque: Naiv”

%d blogueurs aiment cette page :