Tigres Volants: d’une campagne à l’autre

Dans la série “ça, c’est fait”, je viens de terminer la rédaction du premier jet de Devoir de mémoire, la campagne pulp pour Tigres Volants. Bon, quand je dis “premier jet”, c’est vraiment poser les éléments de base de la trame, surtout pour les deux-trois derniers chapitres.

C’est le moment de se réintéresser à la “campagne lupanar”. À commencer par la palanquée de critiques que j’ai reçu un petit texte de présentation que j’avais pris le temps de rédiger dans le train en rentrant de Paris. Par “palanquée” (oui, c’est mon mot préféré de la semaine), j’entends qu’il y avait largement plus de critiques que de texte originel…

La bonne nouvelle, c’est que le postulat de départ (les personnages héritent d’un lupanar eyldarin, donc) plaît; c’est heureux, parce que je n’en ai pas d’autre. La mauvaise est que, comme d’habitude, j’ai beaucoup plus d’idées que de méthode. Il manque, sinon à la campagne, du moins à son texte explicatif, une structure qui tienne la route. En fait, j’en ai une assez bonne idée et ça va s’organiser autour de deux choses: l’intrigue centrale de la campagne, que je ne dévoilerai pas ici, et les emmerdes qui vont tomber d’autre part sur les personnages.

Les emmerdes sont de deux ordres: internes au domaine-lupanar et à ses habitants et externes, dépendantes des considérations géostratégiques du moment (l’indépendance des Principautés-unies et tout ce qui tourne autour). Dans les premiers temps de la campagne, ce sont surtout les premières qui seront à l’honneur, mais avec la montée en puissance de l’intrigue centrale, ce sont les secondes qui viendront au premier plan.

Ça va également être l’occasion de s’intéresser aux clans de l’ombre, les organisations criminelles atlano-eyldarin, et de revenir sur la Nueva Tortuga, décrite dans le livre de base. Ces joyeux drilles seront les premiers antagonistes des personnages.

Et sur les Telandili, aussi, cela va sans dire…

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. psychee dit :

    Bon tu touche pus à devoir de mémoire que je puisse la lire et te dire ce que j’en pense!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :