Total Recall

La séance de cinéma d’hier soir a été précédée des dialogues suivants, d’abord jeudi: “On devait pas aller voir un film ce samedi?” – “Oui, mais j’ai oublié quoi.”; puis vendredi: “Ah, ça y est, je me souviens de ce qu’on voulait aller voir au ciné et c’est normal qu’on est oublié: c’était Total Recall.” Logique.

Si j’étais méchant, je dirais qu’on aurait mieux fait de ne pas s’en rappeler: ce film est plutôt médiocre. En fait, pour être très précis, il est décevant. Il prouve que s’il est possible de faire un bon film avec un blockbuster décervelé, il est beaucoup plus difficile de faire du blockbuster avec un minimum de cerveau, parce que juste un minimum, ce n’est pas assez.

Commençons par ce qui est bien. Ça va être assez rapide, en fait: visuellement, le film est plutôt joli; les effets spéciaux sont réussis et les concepts graphiques du cauchemar urbain aux relents cyberpunk du contexte plutôt bien foutus.

Dommage que ledit contexte ne tienne pas debout une seconde (la guerre qui épargne mystérieusement Londres et tout le nord de l’Europe, mais rase le Canada et l’Amérique latine, le tunnel qui traverse la planète pour aller en Australie, les ascenseurs omnidirectionnels, etc.) et que la plupart des éléments visuels ait été repompés de plusieurs autres films de science-fiction.

Scènes de rue multi-ethniques sous la pluie et bagnoles volantes à la Blade Runner, autoroutes magnétiques et interfaces à la Minority Report, plus bien évidemment tout ce qui a trait au Total Recall originel, celui avec Arnold Schwarzenegger. Pour tout dire, il y a même des bouts où j’ai eu l’impression de voir un épisode particulièrement bancal de Doctor Who.

Il y a un jeu à boire qui circule sur Internet et qui demande de boire à chaque fois qu’apparaît un élément pompé d’un autre film; je le déconseille: c’est un plan à finir en coma éthylique. En fait, le plus gros mensonge du film apparaît au bout de trois secondes, avec le logo de la boîte de production “Original Films”.

L’intrigue – une histoire d’agent secret reprogrammé pour passer pour un homme normal – tient à peu près debout, mais je ne peux pas m’empêcher de penser qu’avec une idée de départ pareil, n’importe quel scénariste un peu moins tâcheron aurait pu en tirer quelque chose de plus tordu. J’aurais aimé voir ce qu’un Satoshi Kon aurait pu en faire (amis du mindfuck, bonsoir!). Là, c’est plus linéaire que mon premier donjon. Qui plus est, l’ensemble est desservi par des acteurs pas spécialement inspirés et des scènes d’actions qui parfois traînent en longueur.

Bon, j’ai vu pire, mais j’aurais franchement aimé voir mieux que ce Total Recall, trop bien fait pour être un vrai nanar, mais trop raté pour être un film correct. Tout n’y est pas à jeter, mais ça reste quand même un film que j’ai trouvé très moyen, voire médiocre.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 commentaires sur “Total Recall”

%d blogueurs aiment cette page :