« Traité d’économie hérétique », de Thomas Porcher

« Traité d’économie hérétique », de Thomas Porcher

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un ouvrage qui étrille la doxa ultra-libérale. J’ai donc quelque peu révisé mon gauchisme primaire avec ce court Traité d’économie hérétique, signé Thomas Porcher, que j’ai découvert via le blog Zéro janvier.

L’auteur, proche du groupe des « Économistes atterrés », démonte en une dizaine de chapitres le discours économique dominant. Vous savez, les grandes phrases comme « la baisse des charges est bonne pour l’emploi », « il faut à tout prix réduire la dette publique » et autres mots-clés à base de new public management.

Je vais vous la faire courte sur le contenu: si vous avez un minimum de sensibilité de gauche, tout ceci est connu. Surtout si, comme moi, vous avez lu le regretté Bernard Maris dans le texte. L’intérêt ici est plutôt d’avoir un ouvrage court, resserré, qui reprend point par point les éléments de langage ultra-libéraux pour en démontrer les mensonges, omissions et approximations.

Et, de ce point de vue, ce Traité d’économie hérétique remplit plutôt bien son rôle. Ce n’est certes pas un traité, il n’est pas très hérétique, mais on peut le résumer par le titre de son dernier chapitre, « Principes d’autodéfense contre la pensée dominante ».

Il explique et éclaire les affirmations des uns et des autres avec moult chiffres et exemples, et surtout avec une langue plutôt simple. Et avec juste suffisamment d’énervement pour qu’on ait envie d’y adhérer.

J’ai cependant deux soucis avec ce bouquin. Le premier, c’est qu’il y a pas mal de redites, notamment dans les arguments, qui tendent à se répéter d’un chapitre à l’autre. Ce qui est un peu gênant pour un ouvrage de cette taille.

Le second, c’est qu’il manque une dernière phrase classique à ce panorama: « il n’y a pas d’alternative ». Certes, Thomas Porcher mentionne quelques contre-exemples, mais j’aurais aimé qu’en conclusion, il s’étende plus sur les alternatives possibles.

D’autant qu’en l’absence d’icelles, on en vient à penser que, mensonges ou non, il n’y a en effet pas d’alternative. C’est un souci auquel je fais souvent face quand je discute de ces sujets avec mes proches. Il y a cette impression que le capitalisme est la valeur par défaut et qu’il faut seulement choisir la valeur du thermostat.

Mais l’un dans l’autre, ce Traité d’économie hérétique est un ouvrage qui a l’avantage d’être court (230 pages en version poche), facile à lire et à comprendre et plutôt complet.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :