Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Tylor Dory Trio: Unsought Salvation

Tylor Dory Trio: Unsought Salvation

De plus en plus de groupes se glissent dans l’espace entre rock progressif et metal progressif. C’est le cas de cette formation canadienne, Tylor Dory Trio, qui nous livre ici son deuxième album, Unsought Salvation. Au passage, je remercie Asher Media pour la promo.

Je vais peut-être vous surprendre, mais le Tylor Dory Trio est un trio. On y trouve un batteur, un bassiste et – le Tylor Dory éponyme – un guitariste-clavier-chanteur. Musicalement, on est donc quelque part entre le metal progressif classique et soft et le rock progressif énervé, avec dans tous les cas un accent sur la mélodie et un côté très accessible.

Unsought Salvation annonce plus d’une heure, avec dix compositions. La plupart d’entre elles se calent entre quatre et cinq minutes, sauf la dernière piste, “Cenotaph”, qui vient dépasser les treize minutes.

Dans l’absolu, c’est un album très agréable que nous propose ici le trio canadien. Loin des acrobaties techniques et des décalages brutaux, Tylor Dory Trio joue sur un registre limite pop. La voix du chanteur me rappelle même parfois celle de Seal, c’est dire. Sauf quand il growle, mais c’est rare.

On a donc de très belles pièces, comme “The Righteous and the Rest”, “The Fallen Man”, “East of Eden” ou “The Glass Menagerie”. Je mentionnerais également l’epic final, “Cenotaph”, mais il est un peu différent du reste de l’album, nettement plus metal.

Le défaut de Unsought Salvation, c’est que même si les pistes s’enchaînent presque sans interruption, j’ai eu du mal à considérer l’album comme un tout homogène. Pour tout dire, j’ai même eu l’impression d’écouter une compilation. Je me suis même demandé si le groupe, dont le précédent album date de 2015, n’avait pas commis l’erreur de vouloir y coller à peu près tout ce qu’ils avaient composé ces quatre dernières années.

Si ça se trouve, c’est plus le défaut du Alias que de l’album. C’est juste que je me suis retrouvé avec une impression bizarre, qui m’a empêché de pleinement l’apprécier. J’ai d’ailleurs mis près d’un mois avant de le chroniquer.

Avec le recul, Unsought Salvation est un bon album. Il est plus proche du rock progressif moderne que du metal progressif – à part “Cenotaph”, donc – mais il est carré et réalisé par des musiciens très compétents. De plus, il est disponible à tout petit prix – cinq dollars canadiens en numérique – sur Bandcamp. N’hésitez pas!

Bonus: la vidéo de “East of Eden”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :