Un lupanar couché (sur le papier)

Ça m’a pris un petit moment, entre les pauses-déjeuner au bureau et les pauses en Irlande, mais j’ai enfin terminé ma relecture et les corrections y relatives de la Campagne Lupanar. Il faut dire que 144 pages, soit 70 000 mots, ça ne se relit pas en une soirée entre deux épisodes de NCIS.

Techniquement, c’est une phase qui n’est pas encore complètement terminée: pour bien faire, il faudrait qu’au moins une, voire deux autres personnes y jettent un œil – chose que je compte déléguer un de ces quatre. Mais en l’état, c’est un manuscrit épuré de ses plus grosses scories, quelque peu remanié et, surtout, qui me convient.

Le plus gros remaniement que j’ai opéré concerne le chapitre à bord de l’Ergartis; de façon générale, j’ai pas mal travaillé sur les PNJs récurrents, de façon à ce qu’ils soient réellement récurrents. Ce n’est pas toujours100% réaliste et ça donne un petit côté “pulp” à l’ensemble, mais personnellement, j’aime bien ça et puis ça permet également aux personnages de nouer des alliances ou, au contraire, d’avoir des inimitiés tenaces tout au long de la campagne.

La prochaine étape, mise à part la ou les relectures indépendantes mentionnées, va concerner une première mise en page, un peu à la hache, mais qui devrait me permettre d’y voir plus clair sur la taille de l’ensemble et sur le nombre et l’emplacement des illustrations, histoire de pouvoir affiner la liste de ces dernières (dont j’ai une très vieille version quelque part, mais qu’il va falloir sérieusement mettre à jour) et commencer à contacter les illustrateurs. Le plus difficile risque d’être la couverture.

Dans l’idéal, cette semaine de vacances qui s’achève (ou peu s’en faut, mais je pars demain à Paris pour l’Asmoday et j’imagine mal pouvoir travailler sur quoi que ce soit d’ici dimanche) aurait été idéale pour s’y mettre. Seulement, je suis tombé sur un énième jeu sur Kongregate (Swords & Potions pour ne pas le nommer; n’allez pas pleurer si vous perdez une semaine sur ce truc) et là, je suis en train de me dire “tiens, on est déjà jeudi?”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Un lupanar couché (sur le papier)”

%d blogueurs aiment cette page :