L’usage de l’humour

Aujourd’hui, j’avais une autre idée de billet (qui viendra vendredi prochain), mais est apparu sur mon radar un article assez ancien, intitulé L’humour est une arme, publié sur le fort bien nommé blog L’égalistarisme c’est pas ce que vous croyez! (c’est vachement mieux).

Je vous préviens tout de suite: c’est long et plutôt verbeux; de façon plus générale, ça aurait sans doute mérité d’être plus court. Mais c’est un texte important, qui pose un certain nombre de questions sur ce qu’est l’humour, ce que ce n’est pas et sur comment il faut comprendre la fameuse phrase de Pierre Desproges: « on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »

C’est un texte qui me parle à deux niveaux: d’une part, à un niveau immédiat et actuel, dans le contexte des « affaires » mettant en scène un humoriste ex-drôle, ses déclarations antisémites et ses amitiés dans les milieux négationnistes et autres adeptes du vote à bras levé (interrompu ou pas). À ce sujet, il rappelle de façon salutaire que, si on peut (voire qu’on doit) rire de tout, les personnes avec lesquelles on rit (ou prétend rire) ne sont pas une donnée anodine.

D’autre part, à un niveau plus personnel, en tant que serial vanneur, ça me rappelle que même les blagues sorties avec la plus parfaite bonne foi peuvent faire mal. Voire tuer. C’est la distinction importante entre « rire avec » et « rire de ». Cela rappelle aussi que lorsqu’on est membre d’une « majorité », faire une blague sur une minorité est un exercice casse-gueule au possible.

Bien sûr, il y a un paradoxe à vouloir analyser (voire suranalyser) le rire, un phénomène qui se base en grande partie sur l’effet de surprise, mais l’article analyse également de façon pertinente l’aspect social de l’humour. Quand il titre « L’humour est une arme », ce n’est pas forcément une hyperbole: autant rire avec quelqu’un, c’est l’inclure, autant rire de quelqu’un est une forme d’exclusion – peut-être même la pire, puisque non seulement elle exclut, mais elle rabaisse.

Sans aller jusqu’à dire que l’humour est une chose trop sérieuse pour la laisser à des humoristes, il est toujours bon de réfléchir à des sujets qui semblent si acquis qu’ils disparaissent de notre radar mental.

(Photo « Knotted Gun » par Alan English via Flickr, sous licence Creative Commons non-commerciale.)

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/03/2014

    […] L’usage de l’humour […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :