Wildernessking: Mystical Future

Wildernessking: Mystical Future

Bon, le post-rock, c’est fatiguant: passons au post-black-metal, avec Wildernessking, un groupe sud-africain dont j’ai découvert le dernier album, Mystical Future, via une chronique de Angry Metal Guy.

Wildernessking, c’est donc du post-black-metal, autrement dit du post-metal – moitié planant, moitié brutal – avec de temps en temps des gens qui hurlent. La chronique de AMG cite Alcest et Enslaved; c’est un plutôt bon résumé des ambiances que l’on peut trouver dans cet album.

Mystical Future n’annonce que cinq pistes, mais comme les deux plus courtes font six minutes et la plus longue en affiche treize au compteur, il ne faut pas s’étonner que l’ensemble dure près de trois quarts d’heure.

Avec de telles longueurs, il ne faut pas trop s’étonner que Wildernessking mette de gros efforts dans leurs compositions. Ça paye et on a ainsi un album plutôt plaisant, qui alterne des longues plages planantes (“To Transcend”) et des passages bien plus excités (“With Arms Like Wands”).

Mystical Future me rappelle un peu le Dreamless de Fallujah, chroniqué ici même il y a peu: même souci de contraste, avec des ambiances éthérées accolées à des déchaînements de violence musicale; il y a même une voix féminine sur “If You Leave”.

Mais la comparaison a ses limites et Wildernessking joue ici sur un terrain plus convenu. C’est très loin d’être un album désagréable, pour qui supporte les vocaux hurlés; il compte même des passages très réussis. Cependant, on peut difficilement dire qu’il révolutionne le genre.

Mystical Future est donc un album assez classique, certes dans un genre qui ne l’est pas beaucoup. Il est réalisé avec soin et compétence par un groupe qui mérite qu’on lui consacre au moins une écoute: sur Bandcamp, où l’album est disponible au téléchargement pour $7.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :