Wreck-It Ralph

Wreck-It Ralph n’aime pas qu’on lui marche sur les pieds – même si, vu la taille de ces derniers, ça relève de l’exploit – et a tendance à réagir à l’adversité en cassant tout. Ralph est un personnage de jeu vidéo Fix-It Felix Jr., qui va fêter ses trente ans, et il commence à en avoir doucement marre, non pas tant d’être le méchant, mais d’être salement déconsidéré par ses collègues de jeu. Il décide donc de devenir un héros.

Je résume, mais c’est l’idée générale de ce dessin animé Disney en images de synthèse: la quête de reconnaissance d’une brute au grand cœur, qui va s’avérer presque aussi doué pour résoudre les catastrophes que pour les créer, passant d’un jeu à l’autre pour aboutir dans un jeu de course dans un monde de friandise à aider une gamine victime d’un bug.

Il y a beaucoup d’éléments très sympas dans ce film: d’abord, une ode aux jeux vidéos et aux arcades de la “grande époque”, époque aujourd’hui en voie de disparition. Fix-It Felix Jr., notamment, est un croisement entre Rampage et Donkey Kong, mais on croise également les personnages de Pac-ManQ*BertStreet Fighter et bien d’autres.

L’intrigue et ses multiples retournements est bien troussé et les personnages sont plutôt sympathiques. Il y a également des touches amusantes, comme le groupe de soutien pour les antagonistes ou le “Game Central”, transposition de Grand Central Station de New York au niveau d’une multiprise.

Malgré tout, j’en ressors avec une impression mitigée. Ça reste un peu trop Disney, il y a quand même beaucoup de moments très prévisibles et je me sens quand même un peu floué. J’aurais espéré un peu plus d’audace dans les crossovers, plus de références à l’univers du jeu vidéo en général et une fin un peu moins molle du genou (le happy end à la Disney, à la longue, ça use).

Je ne regrette pas trop de ne pas l’avoir vu en salle à sa sortie, même si, objectivement, ça reste un film sympathique. J’imagine que, pour les parents, c’est une façon d’introduire leurs mômes aux jeux de leur enfance d’une façon un peu plus vendeuse qu’en leur montrant des écrans qui semblent être composés de Lego.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :