Wunderwaffen, tome 5: Disaster Day

Il faut dire ce qui est: le timing de ce cinquième tome de la série de bande dessinée uchronique Wunderwaffen est impeccable. Intitulé Disaster Day, il revient sur l’histoire en cours pour s’arrêter sur le 6 juin 1944, un des points de divergence majeurs (mais sans doute pas le premier) dans cet univers, avec l’échec sanglant du débarquement allié en Normandie.

On y retrouve Walter Murnau, à ses débuts de pilote de chasse, mais l’intérêt est ailleurs: dans ce “jour le plus long” qui voit un des plus grands désastres militaires provoqués par… par quoi au juste? C’est là bien évidemment la grande interrogation non seulement de ce volume, mais de toute la série: quelle force peut bien vouloir la victoire du Troisième Reich en changeant les événements d’une façon qui surprend même les Allemands?

Très franchement, j’espère qu’on va avoir droit bientôt à la réponse à ses questions, parce que ça commence à faire un peu long, toute cette histoire. Surtout que cette digression intervient après un volume qui semblait vouloir précisément se diriger vers des réponses. C’est un peu frustrant.

En fait, même si ce cinquième tome est plutôt bon, dans l’ensemble, c’est la série dans son ensemble qui continue à me plonger dans un état d’esprit qui oscille entre la perplexité et la frustration, avec quelques pointes dans le malaise.

D’une part, je n’arrive pas bien à voir d’où elle part et où elle veut aller. Pour le second point, c’est un peu normal, mais je n’ai pas l’impression que l’auteur sait où il va, lui non plus; je me trompe sans doute, mais j’ai du mal à percevoir l’intention dans la narration actuelle. Pour le premier, ma petite âme fragile d’uchroniste saigne: où est le point de divergence premier? Comment expliquer que l’Allemagne arrive à obtenir les matériaux stratégiques, indispensable à la construction des fameuses Wunderwaffen, qui lui ont tant fait défaut dans notre continuité?

D’autre part, cela fait déjà un moment que je commence à sentir poindre un certain malaise en voyant la grandiloquence d’un Reich triomphant. En soi, ce n’est pas une mauvaise chose de vouloir voir les choses du point de vue des “méchants”, mais après cinq tomes de plongée en apnée dans une des idéologies les plus nauséeuses de l’histoire, ça commence à faire long.

Si je compare avec une autre série uchronique – je pense ici au Grand Jeu, qui compte six tomes au final – cette dernière avait l’intérêt d’avoir des protagonistes plus sympathiques, ce qui faisait mieux passer le côté foireux du contexte.

Cela dit, Wunderwaffen est loin d’être une mauvaise série. Ce Disaster Day contient son lot de scènes spectaculaires, notamment le débarquement lui-même, mais je pense qu’il serait bon qu’elle se termine rapidement.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :