Yann et Conrad, les héros de mon enfance

Quand j’étais petit, je lisais Spirou. À vrai dire, j’ai continué à lire Spirou pendant très longtemps; j’ai, chez moi, un gros coffre en bois qui contient plusieurs centaines de numéros de l’hebdomadaire, depuis (en gros) le 1770 jusque vers le 2350. Si j’ai arrêté de lire Spirou, c’est à cause de Yann et Conrad.

OK, ce que je viens de dire est en fait très malhonnête: j’ai surtout arrêté de lire Spirou parce qu’il n’y avait plus Yann et Conrad! Ces deux zigotos, apparus quelques années auparavant, avaient apporté un grain de folie quasiment punk dans les pages de l’hebdomadaire — à une période qui correspondait exactement avec ma crise d’adolescence; surprise…

On connaît aujourd’hui Yann et Conrad surtout pour leur série “Les Innommables”; on sait moins qu’elle a débuté dans Spirou, sous le titre “Matricule Triple Zéro”. Un monument: en fait, elle commence sous le titre “Chuck Willis”, une sorte de clone du Buck Danny des années 40, militaire américain à la mâchoire carrée… qui se fait dégager dès la deuxième case de la série, pour laisser la place aux trois tarés que l’on connaît. Ce premier album est un chef d’oeuvre d’humour burlesque; la première incarnation de “Shukumei” également (pas celle parue en album); après, la série devient plus trash, plus sérieuse aussi, nettement moins drôle à mon goût.

Mais, dans Spirou, Yann et Conrad ont surtout laissé une trace majeure (certains parleront de traumatisme) avec les Hauts de Page: des petits gags irrévérencieux, souvent féroces, voire carrément méchants, mais toujours drôle. Pourquoi je vous en cause? Parce qu’un récent livre retrace toute cette période: Yann et Conrad, une monographie. Au travers d’interviews des principaux intéressés et de nombreux acteurs (et victimes) de l’époque, on découvre tout le contexte du journal, à cette époque.

Finalement, la révolution n’a duré qu’un temps: les deux compères ont pris la porte, Spirou est redevenu un journal pour enfants sages et je suis passé à autre chose. N’empêche qu’on s’est bien marré!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Yann et Conrad, les héros de mon enfance”

  1. Salut, je partage complètement ce que tu dis. Ce fut un régal, ça nous a laissé des traces… Je m’y replonge toujours avec délices et je trouve que ça garde son impertinence, son côté brûlot subversif. D’une certaine manière, ils étaient les continuateurs de Franquin. Et quel dessin ! As-tu pu admirer les planches N/B qui avaient étées publiées sur un blog ? Maintenant il faut un abonnement Apple ou je ne sais quoi pour y accéder mais je me souviens qu’elles valent le détour ! Pur claque visuelle, à la hauteur d’un Doré (et je pèse mes mots, sachant le galvaudé de telles comparaisons)

    Répondre
    • Hello et bienvenue sur ce blog!

      Je crois savoir en effet qu’il existe un site qui permet de voir les hauts de page originels, mais j’ignorais qu’il était désormais protégé par mot de passe.

      Le dessin ne m’avait pas tant frappé que cela, mais la taille réduite n’aide pas à se faire une idée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :