Zone de confort

Cet article est le numéro 3 d'une série de 3 intitulée Dubaï-Dacca 2011

Il est 10 h 30, heure locale, à Dacca, Bengladesh, lorsque j’écris ces lignes. Il me reste à peu près huit heures avant de partir pour l’aéroport y prendre l’avion qui me ramène à Genève. Je suis dans le guest house de notre programme local, RDRS Bangladesh, et je n’ai aucune envie de sortir. Pour tout dire, j’ai un peu peur.

Je crois que c’est la première fois que ça m’arrive. Certes, je suis loin d’être un grand voyageur, un routard aguerri, même si j’ai vu un peu de la planète : Tanzanie, Éthiopie, Égypte, Mexique, Canada, Japon, sans même parler de destinations plus européennes. Mais là, je me sens réellement étranger, pas à ma place. Hors de ma zone de confort, comme je l’avais déjà mentionné.

Pas que les gens soient ici hostiles – en tous cas pas à première vue – mais l’environnement est très différent de ce que j’ai pu voir ailleurs, même en Afrique : beaucoup de pollution, beaucoup de misère, beaucoup de gens. Ajoutez ça un langage – le bengali – que je n’ai aucune chance de comprendre et vous aurez un Alias gravement perdu.

Donc, un peu piteusement, je pense que je vais rester dans ma petite chambre du guest house. Il y a Internet, un lit, des toilettes, les bruits du dehors sont – légèrement – atténués ; avec un peu de chance, j’arriverai à dormir. Et dans un peu plus de 24 heures, si tout va bien, je serai à Genève. Ça me tarde un peu.

En attendant, je médite sur la notion de “choc culturel” que j’avais introduite dans Tigres Volants. Jamais elle ne m’était apparue aussi clairement: j’ai un –10 à toutes mes actions et, vu le niveau qu’ont mes compétences normalement, autant dire que je flirte avec les scores négatifs.

Naviguer dans cette série

Dubai-Dacca

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Thias dit :

    Ce que je trouve intéressant, c’est que si tu prends ce sentiment, tu diminues l’intensité, mais tu multiplie le facteur temps, tu obtiens, je pense, la base émotionnelle du sentiment de racisme et d’intégrisme de base…

    • Alias dit :

      Ce qu’il faut surtout voit, c’est que si j’ai ce sentiment ici, je peux tout à fait imaginer ce que ressent un réfugier kurde ou tamoul en Suisse. Certes, il y a un niveau de vie bien plus élevé, mais je pense que le sentiment d’étrangeté est comparable.

      • Thias dit :

        Je pense que c’est toujours la même sentiment, la réaction est simplement différente selon l’état d’esprit de la personne qui la ressent. La question de savoir si la situation est normale, qui se trouve dans quel référentiel n’est pas importante, on parle de sentiments. Parfois il y a une grosse similitude entre les réactions émotionnelles entre les locaux outragés et les expats, alors qu’ils sont techniquement dans le contexte opposé.

  2. François dit :

    Je comprends ce que tu ressens. Je m’étais senti comme cela au Nigéria, il y a bien des années. C’était pauvre, sale et, surtout, violent, avec police paramilitaire à tous les coins de rue. Je suis resté la plupart du temps terré dans la maison de notre hôte.

  3. Eric Nieudan dit :

    Je compatis, moi qui n’ai jamais quitté l’occident. Et je suis curieux. Tu as mis des photos en ligne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :