Acolyte: Entropy

C’est grâce à Pauline, une de mes contacts de la progosphère, que j’ai découvert l’album Entropy signé Acolyte, un groupe australien qui fait du rock progressif. Bon, il faut aussi dire que, quand on me dit « prog australien », j’ai tendance à m’intéresser d’office.

Originaire de Melbourne, Acolyte est un groupe qui propose un rock progressif moderne, teinté de metal et à la fois très influencée par les sonorités seventies. En général. Pas toujours. Il est emmené par la chanteuse Morgan Leigh-Brown.

Entropy est le deuxième album d’Acolyte, après un Shades of Black sorti en 2016. Il dure près d’une heure et compte neuf pistes, dont quatre qui font plus de neuf minutes. C’est quelle partie de « prog » que vous n’aviez pas compris?

Si je devais un jour citer un groupe qui a compris la notion de rétro-prog, Acolyte serait pas loin du haut de la liste. Parce que si leur musique a effectivement un côté vintage assez marqué dans certains sonorités, il reste redoutablement moderne dans ses compositions.

J’ai même hésité à le classer en metal progressif. Ça se discute, mais je pense que cet Entropy est plus proche du rock progressif que du metal. À vrai dire, il me rappelle beaucoup les premiers albums de Pure Reason Revolution (genre The Dark Third).

Globalement, j’aime beaucoup cet album. Il est très maîtrisé et très inventif. Peut-être trop: il a parfois tendance à partir un peu dans tous les sens. « Idiosyncracy », qui est au demeurant très bon, s’en va à un moment dans des paysages moyen-orientaux sans qu’on sache trop pourquoi. Je suppose qu’il y a une raison, mais ça m’a surpris.

Dans Entropy, j’ai une préférence pour les compositions longues, notamment « Clarity » ou le susnommé « Idiosyncracy » et « Accdeptance », qui conclut l’album. L’instrumental « Recovery » est sympa aussi.

Avec Entropy, Acolyte ne signe peut-être pas l’album du siècle (ni même de l’année), mais il propose un rock progressif qui sait remarquablement bien doser l’ancien et le moderne. Ce qui, déjà, n’est pas donné à tout le monde.

Vous pouvez écouter (et, si le cœur vous en dit, acquérir) Entropy sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo spectaculairement barrée de « Clarity » (oui, elle fait dix minutes)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee et sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :