Aesthesys: Achromata

Aesthesys: Achromata

Un des aspects les plus difficiles de la vie de blogueur musical, c’est d’arriver à tenir la cadence, entre les sorties attendues et les découvertes géniales. C’est pourquoi Achromata, dernier album en date d’Aesthesys, qui entre dans la seconde catégorie, a mis autant de temps à avoir sa chronique.

Aesthesys est un projet porté par un musicien russe, Nik Koniwski, qui propose un post-rock instrumental qui lorgne vers le rock cinématique et la bande originale d’animé ou de jeu vidéo, dominé par un violon absolument extraordinaire.

Au reste, tout cet album est absolument extraordinaire, à part peut-être son format: avec huit pistes et un peu plus de quarante-cinq minutes, Achromata est un album en apparence classique. Les morceaux s’échelonnent entre quatre et huit minutes.

Dans les grandes lignes, le post-rock d’Aesthesys se rapproche de celui d’un God Is an Astronaut période « Zodiac ». Une musique stellaire, qui évoque des images de science-fiction, « des navires d’attaque en feu surgissant de l’épaule d’Orion… des rayons C briller dans l’ombre près de la porte de Tannhäuser. »

OK, objectivement, il n’y a rien de très original dans cet album. Mais l’intérêt n’est pas là. Le groupe maîtrise à la fois ses ambiances et ses montées en puissance, de toute beauté, comme sur « Grauer Wald », « Himmelbarn », « Melanocardia », « Apogeion ». Et, toujours, ce violon aérien, parfois féroce, jamais gratuit.

Sur Achromata, les morceaux faibles sont seulement très bons; les meilleurs sont eux exceptionnels. Je sais que j’ai récemment dit que j’avais du mal avec le post-rock, ces derniers temps, mais heureusement qu’il reste encore des groupes comme Aesthesys pour nous sortir des bijoux pareils.

Si vous êtes un amateur de post-rock instrumental, de musiques de films impossibles ou si vous cherchez des ambiances de science-fiction, n’hésitez pas un seul instant: Achromata est disponible sur Bandcamp. Et cette pochette de tueurs, entre Halo et Tales from the Loop, ma doué…

Je ne remercierai jamais assez Totoromoon pour me l’avoir fait découvrir – et je ne me maudirai jamais assez d’avoir tant tarder pour l’écouter.

Bonus: la vidéo en live studio de « Sapatha »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Aesthesys: Achromata”

%d blogueurs aiment cette page :