Astrosaur: Obscuroscope

C’est une combinaison de diverses influences qui m’ont fait acquérir Obscuroscope, le nouvel album d’Astrosaur, un groupe norvégien de gros rock instrumental qui tache. En suis-je fâché? Non, mais pas super-enthousiaste non plus.

Astrosaur c’est donc un trio – avec un guitariste qui a déjà bossé avec Leprous et Ihsahn – dont la musique se situe quelque part entre post-rock, stoner rock et rock psychédélique. Perso, ça me fait un peu penser à du space-rock, mais avec des sonorités hard-rock seventies.

Je précise que si j’aime plutôt bien le space-rock, je suis moins fan de ce genre de son.

Obscuroscope compte six pistes et dure un peu plus de trois quarts d’heure. Les compositions, qui sont accompagnées de coordonnées GPS et d’une date, sont donc plutôt longues: entre cinq et onze minutes.

Globalement, j’ai trouvé cet album plutôt sympa. Oui, je sais, c’est un peu lapidaire, avec un côté damning with faint praise. Mon plus gros souci, c’est que je ne suis pas un fan des albums récents qui sonnent anciens et ici, j’ai un peu l’impression d’écouter du Hawkwind, en encore plus roots.

Ceci posé, Astrosaur est un groupe impressionnant dans sa maîtrise du genre et dans ses compositions. L’album maintient une ambiance réussie, spatio-mystique du début à la fin. Obscuroscope est aussi un album blindé d’énergie et les musiciens dépotent bien.

Vous pouvez trouvez Obscuroscope sur Bandcamp. Si les sonorités vintage ne vous font pas peur, je vous recommande d’y jeter une oreille.

Bonus: la vidéo très glitchy de « Elephant Island »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Astrosaur: Obscuroscope”

  1. Même ressenti : je suis resté complètement en-dehors du peu que j’en ai écouté. À vrai dire, je ne vois même pas trop où se trouve le côté space ; j’y vois surtout une préoccupation sur le rythme et l’agressivité, mais pas vraiment sur ce qui en ferait un album surprenant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :