Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Leprous: Pitfalls

Leprous: Pitfalls

Bon, on est le 20 décembre, il faut quand même que je vous parle de Pitfalls, le nouvel album de Leprous. Parce qu’en une petite décennie, cette formation norvégienne s’est taillée une réputation certaine dans le petit monde du rock et du metal progressifs.

À l’origine plutôt orientés prog-metal expérimental, Leprous a beaucoup évolué tout au long des trois-quatre derniers albums.

Finies les parties rugueuses – disons, “metal” – que l’on pouvait trouver encore sur Coal, The Congregation ou Malina, le groupe donne désormais dans un rock progressif moderne, avec une forte orientation pop, un peu à la Muse. Le timbre du chanteur, Einar Solberg, y est pour beaucoup.

Pitfalls compte neuf pistes, pour un total de cinquante-cinq minutes. Sur ma version, il y a deux pistes-bonus qui ajoutent encore douze minutes à l’ensemble. La plupart des titres sont courts, entre trois et six minutes, mais il y a tout de même deux morceaux qui dépassent les sept minutes et un pic de près de douze minutes.

Le fait que j’ai acheté cet album depuis plus d’un mois et que je ne le chronique qu’aujourd’hui vous donne une idée de mon état d’esprit général. En résumé, Pitfalls est un bon album, ni plus, ni moins.

Il a ce côté un peu étrange que, quand je l’écoute, je n’y prête pas vraiment attention, jusqu’à ce que déboule l’un des quelques très bons titres, comme « Be My Throne », « Alleviate » ou le final de « Distant Bells ».

Objectivement, c’est un bon album, composé, réalisé et produit avec un soin et un souci du détail évident. Le défaut, c’est peut-être que Leprous a tellement raffiné son style qu’il n’y a plus de surprise. Un peu comme si, avec Pitfalls, le groupe était arrivé au bout de son art. Pas forcément à son sommet, mais au bout.

C’est peut-être moi, notez. Non, c’est sans doute moi: à force d’attendre de Leprous des albums turbogéniaux qui me retourne le cerveau six fois en une heure, je suis un peu perdu quand le groupe me livre un album qui est « juste » bien. Parce qu’au final, c’est ça le souci que j’ai avec Pitfalls: il est bien. Mais il est juste bien.

Bonus: la vidéo de « Alleviate »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Leprous: Pitfalls”

%d blogueurs aiment cette page :