Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Avandra: Descender

Avandra: Descender

Les mauvaises langues vont encore dire que la seule raison pour laquelle je chronique Descender, le nouvel album d’Avandra, c’est pour pouvoir rajouter « Puerto Rico » dans la liste des pays dont je connais au moins un groupe de prog. Ce sont des mauvaises langues, contrairement à cet album, qui est très bon.

Découverte grâce à une chronique de Angry Metal Guy, Avandra est donc une formation de metal progressif originaire de l’île de Puerto Rico, territoire qui entretient avec les États-Unis des relations que l’on qualifiera de « compliquées » par euphémisme.

Musicalement, leur prog-metal est plutôt classique, rappelant par certains côtés Dream Theater et Haken, par d’autres « l’école australienne », avec quelques sonorités djent en prime. À noter que plusieurs pointures, comme Richard Henschall (Haken), Daniel Schwartz (Astronoid) ou Kevin Moore (Dream Theater, OSI), y font une apparition.

Descender compte huit pistes et dure près de septante minutes. Oui, ça fait beaucoup, mais en fait, ça passe tout seul. L’album compte pas moins de deux epics, de respectivement onze et treize minutes, le reste des compositions oscillant entre quatre et sept minutes.

Globalement, cet album se situe à mi-chemin entre le metal progressif classique, du début des années nonante, et ses variantes plus contemporaines. De façon générale, on est dans une ambiance plutôt contemplative, voire mélancolique, avec une production très propre.

Si je ne trouve pas vraiment de fausse note dans Descender, ma préférence va plutôt aux pistes qui tabassent un minimum, comme « The Narrowing of Meaning » ou « Derelict Minds », mais des compositions plus atmosphériques, comme « Ever//You » ou l’instrumental final « Q.E. » valent également le déplacement. Sans parler de « Adder’s Bite » et son côté Jekyll et Hyde.

Descender n’est peut-être pas l’album de l’année – surtout qu’il est sorti en 2019 – mais il est solide, très homogène et très agréable. Avandra y fait montre d’une grande maturité et d’une technique irréprochable. Il est disponible à prix libre sur Bandcamp, ce qui ne gâche rien, alors n’hésitez pas!

Bonus: la vidéo de « The Narrowing of Meaning »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :