Banco del Mutuo Soccorso: Transiberiana

Banco del Mutuo Soccorso: Transiberiana

On va conclure cette semaine musicale en restant sous le signe du rock progressif seventies. Banco del Mutuo Soccorso est un des pionniers – voire un des survivants – du rock progressivo italiano, qui revient sur le devant de la scène en 2019 avec un nouvel album, Transsiberiana. C’est la chronique de Neoprog qui m’a incité à y jeter une oreille.

Qui dit rock progressivo italiano – RPI pour les intimes – dit un rock progressif symphonique avec un chant lyrique, souvent en italien. Banco del Mutuo Soccorso coche un peu toutes ces cases, certaines plusieurs fois, et propose une musique qui est pas mal typée « années septante ». Ce qui n’est pas très étonnant quand on sait que le groupe écume la scène prog depuis 1969 (avec quelques trous, mais quand même).

Transiberiana en lui-même est un album qui accuse déjà un sérieux gabarit: onze pistes et cinquante-trois minutes, avec plusieurs compositions qui dépassent les six minutes. La version CD – acquise lors du traditionnel pillage du rayon prog de Gibert Musique, après la Japan Expo – propose en plus deux enregistrements live qui rajoutent un quart d’heure à l’ensemble.

Le RPI n’est pas forcément mon sous-genre préféré du prog. J’ai toujours préféré les parties instrumentales aux parties chantées et, si je suis revenu du “tout instrumental”, un des reproches que je fais souvent à ce genre d’album, c’est qu’il y a des moments ou des chanteurs devraient apprendre à se taire.

Toute mauvaise blague sur le tempérament italien mise à part, il faut avouer que le RPI insiste beaucoup sur le chant. Cependant, c’est aussi un genre musical qui n’hésite pas à se lancer dans des démonstrations instrumentales bluffantes et à qui on doit certaines des plus belles pièces symphoniques du rock progressif.

Et, de ce point de vue, Banco del Mutuo Soccorso n’a pas vraiment à rougir: le groupe est capable d’envolées brillantes et sait aussi faire montre d’une énergie peu commune. Ce n’est peut-être pas pour rien que cet album est publié par InsideOut, label plus connu pour ses groupes de metal progressif. Et puis leur chanteur, Tony D’Alessio, est vraiment impressionnant. On comprend qu’ils aient envie de le mettre en avant.

Même si Transiberiana est le premier album de Banco del Mutuo Soccorso que j’écoute, je pense ne pas m’avancer beaucoup en affirmant qu’il est dans la ligne droite de ce que faisait le groupe il y a quarante ans de cela. Il bénéficie cependant d’une production moderne et péchue, qui met en valeur les compositions et l’énergie du groupe.

Si vous voulez découvrir le RPI sans aller faire de l’archéologie musicale, Transiberiana est à mon avis une très bonne entrée en matière. Au-delà, c’est aussi un chouette album de rock progressif, peut-être un peu trop typé 1970, mais avec des compositions très élégantes.

Bonus: la vidéo de “L’Imprevisto”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :