Contes et récits du Paris des Merveilles

« Contes et récits du Paris des Merveilles »

Vous savez déjà tout le bien que je pense de la trilogie dite du Paris des Merveilles, signée Pierre Pevel. Je ne vous surprendrai donc pas en vous disant que je me suis jeté sur Contes et récits du Paris des Merveilles, recueil de six nouvelles dans cet univers féérique-steampunk.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’univers en question – honte sur eux! – le Paris des Merveilles est un monde dans lequel, au début du XIXe siècle, le monde féérique s’est révélé aux hommes. En conséquence, en 1910, on a une Tour Eiffel en bois blanc qui chante sous la lune, des sirène dans la Seine et une ligne de métro qui relie Paris à Ambremer, capitale des fées.

Ces Contes et récits du Paris des Merveilles nous invitent donc à replonger dans cette Belle Époque où le XXe siècle naissant et ses inventeurs de génie – parfois magiciens – cohabite avec des mages multi-centenaires et des créatures de légendes. Et des chats ailés qui parlent, c’est important.

L’Urne de Ra, de Catherine Loiseau, met en scène une jeune fille qui n’a pas froid aux yeux, sa gouvernante qui cache de sombres secrets, et un artefact égyptien qui pourrait bien faire un carnage au cœur de Paris. Sylvie Poulain, avec Les Révoltés d’Argecimes, nous montre que tout n’est pas que calme et volupté dans le monde des fées, avec une histoire qui commence par un crash aérien aux répercussions politiques.

Benjamin Lupu signe, avec Les Portes de l’Outremonde, une enquête où se mêlent magie et art – en l’occurrence, Auguste Rodin et une sculpture mystérieuse. Quant à Étienne Tiflaux, détective changelin, de Bénédicte Vizier, c’est aussi dans une enquête où l’invité de marque n’est autre que Nikola Tesla.

Ces quatre histoires sont encadrées par deux autres nouvelles, signées par Pierre Pevel lui-même. En parlant d’invité de marque, celui du premier texte, Veni Vidi V… n’est pas piqué des hannetons. Quant à Sous les ponts de Paris, qui clôt le recueil, il s’intéresse a une population particulière de la capitale et de ses ponts, à savoir les trolls.

Je ne vais même pas essayer d’être un chouïa objectif: j’ai adoré ce recueil. Les quatre auteurs sélectionnés font plus que rendre hommage à l’univers de Pierre Pevel. Ce sont là six textes de grande qualité – même si j’avoue une faiblesse pour le premier et son humour.

Bref, si vous avez aimé le cycle du Paris des Merveilles, vous vous devez de le compléter par ce présent tome.

Et si vous ne l’avez pas aimé, je vous retrouverai.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 commentaires sur “« Contes et récits du Paris des Merveilles »”

%d blogueurs aiment cette page :