Erdorin: À la recherche de la suite perdue

Il y a très longtemps – c’était encore le XXe siècle – Psychée, Jess et moi-même lancions un projet de bande dessinée dans l’univers de Tigres Volants: Erdorin, chroniques de l’Arbre-Monde. Ceux qui ont suivi l’affaire vont sans doute, à ce stade, hocher la tête d’un air triste, entendu, ou les deux.

Pour faire court, le projet de BD est un peu nulle part et en vrac. Il existe quelques planches à des stades divers d’avancement, une myriade de projets plus ou moins aboutis sur des disques durs (ceux qui ne sont pas morts, faute de sauvegarde) et une poignée d’histoires, publiées sur ce site sous le titre un peu bizarre de À la recherche des chats perdus.

Reste que nous n’avons pas vraiment lâché l’affaire (enfin, surtout Psychée et moi, qui avons une solide hérédité en ce qui concerne les gens têtus). Elle dessine toujours et j’écris toujours, même si on ne peut pas dire que, l’un comme l’autre, nous ayons une productivité qui donne le vertige (ou alors dans la même mesure que le vide sidéral).

Bref, tout ceci pour vous dire que je me suis remis à écrire. Pour être très précis, je suis en train de me lancer dans la suite de À la recherche des chats perdus, les aventures épatantes (et émoustillantes) de Kyoshi et de Daeithil (précédemment nommée Loo-Luna, ce qui fait plus loony tunes qu’eyldarin), à la poursuite d’ouvrages volés, de secrets millénaires et d’un clan disparu. Rien que.

Par contre, le petit problème, c’est qu’il y a quinze ans d’écart entre les premières aventures du duo infernal et celles que j’écris en ce moment. Quinze ans au cours desquels l’univers de Tigres Volants et ma perception des personnages a quelque peu changé.

Je compte donc repasser un bon coup de peinture sur les premiers épisodes de la saga avant de lancer la suite. À commencer par changer le titre, qui est encore moins significatif que Tigres Volants, c’est dire. Et republier l’ensemble sous la forme d’un feuilleton.

J’avoue: l’idée est passablement inspirée par le Printeurs de Ploum ou le Projet Bradbury de Neil Jomunsi, même si on ne joue clairement pas dans la même ligue. Outre la jalousie limite malsaine, ce projet est aussi à mettre au crédit de mes envies chroniques d’écrire (généralement après un salon ou une convention), envies le plus souvent tabassées par Procrastinator, le dieu obscur des idées abandonnées et des photos de chats.

Par contre, même si ce présent blog possède une plus grande visibilité (toutes proportions gardées, mais disons qu’il y a quand même un ordre de magnitude), je vais en profiter pour booster le Tigres Volants Central en y ouvrant une section “Fiction”, qui accueillera les nouveaux textes. À terme, il y a de fortes chances que les autres fictions dans l’univers de Tigres Volants se voient déplacées vers cette nouvelle section, d’ailleurs.

J’entends bien lancer le projet d’ici début mars, mais j’aurai le temps de vous en reparler d’ici là.

(Illustration de Psychée, utilisée avec sa permission.)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Erdorin: À la recherche de la suite perdue”

%d blogueurs aiment cette page :