Lazuli: Saison 8

Lazuli: Saison 8

Lors d’une précédente chronique, j’avais dit qu’un nouvel album de Lazuli, c’est un peu comme retrouver de vieux amis. Saison 8 en est une nouvelle – huitième – illustration. Mais, comme parfois en amitié, ces retrouvailles sont douces-amères.

Lazuli est un groupe français dont la musique flirte avec le « world-prog », le rock progressif influencé par la world-music, à la Peter Gabriel. De plus, c’est un des rares groupes francophones pour lequel je ressens plus que de la simple tolérance.

Il faut dire que c’est une formation que j’ai déjà vu en concert au moins quatre fois et, que ce soit devant un public de Valaisans bourrés ou face à dix mille fans hystériques, ils ont toujours livré une prestation exceptionnelle. Mais en album, ce n’est pas toujours du même niveau.

Avec huit pistes et près de trois quarts d’heures, Saison 8 est un album au format classique, avec des compositions entre quatre et six minutes. C’est cependant un album sombre, peut-être le plus sombre réalisé par le groupe, où transperce le plus clairement une forme de désespoir face à la bêtise humaine, thème qui traverse plusieurs des compositions: « Linceul de brume », « Mes semblables », « Les côtes », « Chroniques canines », notamment.

Les frères Leonetti, Dominique (chant et guitare) et Claude (et son inséparable léode à la sonorité si particulière) constituent toujours l’épine dorsale du groupe ou, à défaut, son identité musicale. Le chant est surtout très caractéristique, clair et maîtrisé, jouant des mots avec virtuosité. Mais le reste de Lazuli ne sont pas pour autant des faire-valoir et contribuent à la solidité et à l’intensité des pistes.

Cela dit, avec Saison 8, Lazuli fait du Lazuli. Passé cette tautologie, il y a un souci: si cet album est extrêmement bien foutu, il ne recèle absolument aucune surprise. Quelques moments forts (comme l’instrumental qui conclut “Les côtes”), une absence presque suspecte de moments faibles, mais rien de vraiment renversant non plus.

Au final, il y a trois possibilités:

  1. Vous ne connaissez pas Lazuli est Saison 8 est un album tout à fait classique, une porte d’entrée typique vers ce groupe.
  2. Vous connaissez et appréciez Lazuli et cet album est exactement ce que vous attendez, ni plus ni moins.
  3. Vous connaissez et appréciez Lazuli, mais vous attendez plus de ce groupe – comme votre serviteur – et, forcément, vous êtes un peu déçu.

Saison 8 est un bon album de Lazuli, mais au-delà du plaisir sincère de les retrouver en pleine forme, je ne peux pas m’empêcher de penser, à son écoute, que le groupe nous a déjà gratifié d’albums plus percutants que cela.

Bonus: pour une fois, pas de vidéo officielle, mais “Les côtes” enregistré par Gil Prog lors de leur récent passage “Chez Paulette” (avec Galaad en première partie)

https://www.youtube.com/watch?v=G7u5mgCH9Nw

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :