Les Artilleuses, tome 2

Et voici le retour des Artilleuses, le trio de bande dessinée qui, dans le Paris des Merveilles, ajoute la fragrance de cordite à l’élégance parisienne!

Dans Le Portrait de l’Antiquaire, les trois malfrates surarmées et leurs quelques complices (pas toujours volontaires) se retrouvent poursuivis par la police, les services secrets français et allemands, plus quelques adversaires pas encore très bien identifiés.

Pas mal pour un mardi. Oui, je pars du principe que c’est un mardi, parce qu’aujourd’hui, on est mardi.

Puisqu’il s’agit ici du deuxième tome d’une trilogie, on commence à avoir une idée de la béchamel dans laquelle Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling se sont retrouvées. Sans surprise, cela implique l’Outremonde et aussi un voisin oriental quelque peu remuant.

Il faut être honnête: si vous cherchez dans Les Artilleuses l’ambiance subtile des romans de Pierre Pevel – au demeurant excellents, je ne le répéterai jamais assez – c’est une mauvaise idée. Et, au demeurant, vous n’avez pas lu le titre.

L’action continue sur son rythme effréné, avec une belle collection de cascades automobiles, de bagarres et de fusillades. Plus quelques explosions, la production n’est pas chienne. Et le tout se termine, comme il se doit, par un cliffhanger qui présage d’un final explosif.

Je sais ce que vous allez dire: Alias fait son fanboy. Certes. Mais quelque part, Alias fait toujours son fanboy, parce que c’est un peu la politique éditoriale de ce blog, quelque part.

Mais je fais mon fanboy avec des arguments. Si je ne suis pas un fan du style un peu anguleux, à la Crisse, des personnages de Willem, je dois reconnaître qu’il a le chic pour dessiner des scènes d’action qui claquent.

Quant au scénario, avec Pierre Pevel à la manœuvre, il excelle dans le côté rythmé. On ne s’ennuie pas une seule seconde – et on retrouve quelques clins d’œil amusants, comme deux gendarmes avec un air très familier (en page 2 ci-dessus).

Bref, Le Portrait de l’Antiquaire est un deuxième épisode qui confirme la qualité de cette série. Je doute que le troisième rabaisse le niveau et, du coup, j’attends avec impatience la conclusion des Artilleuses. Et avec une absinthe. Ah, non, c’est infect l’absinthe! Bon, un vin de dessert elfique, alors.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :