Les Restes du samedi: Avaland / Equals Infinity / Sólstafir

Je n’aime pas trop écrire ces chroniques des « Restes du samedi », parce que quelque part, c’est souvent un constat d’échec. Pour moi, donc. Ça signifie que je me suis trompé sur un album qui me semblait intéressant, ou sur un groupe que j’avais apprécié autrefois.

Cette édition-ci est un peu tout cela, avec deux albums de groupes de metal français, Avaland et Equals Infinity, auxquels je n’ai pas accroché, ainsi qu’un retour quelque peu raté vers Sólstafir, groupe que j’avais plutôt bien aimé un temps.

Je me suis intéressé à Avaland et son album, Theater of Sorcery, pour plusieurs raisons qui peuvent se résumer à « metal symphonique français » (et aussi des chroniques plutôt positives, notamment chez Angry Metal Guy).

En fait de metal symphonique, c’est du metal opera et c’est peut-être là le problème. Theater of Sorcery insiste beaucoup sur les vocaux et, d’une part, je ne les trouve pas si exceptionnels que ça et, d’autre part, le reste de la musique pêche un peu. Surtout le côté symphonique qui sonne très « synthés ».

L’ensemble est loin d’être mauvais, il y a des passages plutôt intéressants, mais globalement ça ne m’accroche pas.

Bonus: la vidéo du morceau-titre

Ma perception de Living Gods, d’Equals Infinity, souffre un peu du même problème, en moins aigu. J’ai découvert cet album grâce à une chronique de (feu) Néoprog, attiré par la promesse d’un groupe français de metal progressif mâtiné de diverses influences.

Au final, je soupçonne que la multiplicité des influences en question est le plus gros défaut de l’album. Living Gods manque de cohérence, à mon avis.

Musicalement, ça tient la route – je ne suis pas fan de la voix du chanteur, mais c’est mineur. Les compositions sont généralement solides, avec quelques passages franchement brillants. Mais c’est la juxtaposition de morceaux avec des styles parfois très différents qui me fait décrocher.

Living Gods est sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « The Right Code »

Sólstafir, c’est l’archétype du groupe que j’ai plutôt bien aimé il y a quelques temps, mais que je n’aime plus. Ne me demandez pas pourquoi, mais à l’écoute de ce Endless Twilight of Codependent Love, je sens bien que c’est fini. Un peu à l’image du titre de l’album, d’ailleurs.

Sorti à la fin de l’année passée, l’album du groupe islandais suit leur précédent, Berdreyminn, avec le même genre de musique. On est dans un mélange de prog, de doom, de black-metal et de goth, avec des vocaux clairs et hurlés, en anglais et en islandais.

Auparavant, j’aimais bien le côté Fields of the Nephilim de Sólstafir. Mais aujourd’hui, c’est une ambiance qui est de plus en plus lointaine. Et ce n’est clairement plus suffisant pour moi. Endless Twilight of Codependent Love n’est pas un mauvais album, mais ce n’est plus ma came.

Cela dit, si ça vous intrigue, il est disponible sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Her Fall from Grace »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee et sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

8 réflexions au sujet de “Les Restes du samedi: Avaland / Equals Infinity / Sólstafir”

  1. Bon, pour les deux premiers je peux comprendre, mais Solstafir ?
    Ok moi je suis fan du groupe, du coup mon avis est légèrement biaisé… d’ailleurs je vais de ce as le réécouter 😉

    Répondre
      • Sans doute parce que ça tourne un peu en rond à force, ou alors tu n’est plus dépressif à tendances suicidaires

        Répondre
        • J’ai bien aimé leur période “Fields of the Nephilim, mais black-metal”, mais maintenant, ça fait plus “Sigur Ros is my homeboy” et je suis moins enthousiaste. Pas que je n’aime pas Sigur Ros, mais ça fait un peu bizarre comme trajectoire.

          Répondre
          • Tout le contraire pour moi en fait. Leurs débuts piquent un peu mais depuis qu’ils font dans le métal islandais j’adore. Et puis en live, ça déchire !

            Répondre
  2. Je ne suis tellement pas d’accord pour Equals Infinity… Pour un premier album je le trouve hyper bien réussi, et justement cette diversité me permet d’écouter en boucle l’album sans m’en lasser. Certains passages m’emportent totalement ailleurs, c’est un album qui me permet de totalement lâcher prise.
    Je trouve ton avis assez dur et je trouve dommage de ne pas soutenir ce genre de groupe à potentiel plutôt que de le mettre dans une catégorie « reste » .

    Répondre
    • Merci pour le commentaire et bienvenue sur le blog.

      Pour Equals Infinity, mon avis est peut-être “dur”, mais c’est mon avis. Rien de plus et rien de moins. Quant à la remarque sur le soutien au groupe, désolé mais je ne comprends pas ce genre d’approche. Est-ce que j’aurais dû être volontairement complaisant et écrire des choses que je ne pense pas juste parce que “il faut soutenir les groupes”?

      En tant que créateur, je trouve ça contre-productif; je ne chronique pas les albums que je n’aime pas, à de rares exceptions près, et je ne déteste pas ce qu’a fait Equals Infinity, mais je n’accroche pas non plus. Je ne crois pas être insultant en l’écrivant.

      Répondre
      • Oui, on peut avoir un peu plus d’indulgence pour un groupe qui débute, mais si on n’accroche pas à sa musique, on ne va pas non plus le surprendre sous prétexte qu’ils démarrent. Ca ne rend service à personne. Mais bon, Solstafir quand même 😉

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :