Ludesco 2018

Nouveau week-end, nouvelle convention: après Cannes pour le FIJ et la vibrante métropole de Grand-Lancy pour la Horde, me voici embarqué pour La Chaux-de-Fonds, la ville à mille mètres d’altitude, pour l’édition de 2018 de Ludesco. Sous la neige. Yeah!

Ludesco, c’est peut-être le plus petit des grands événements ludiques de la francophonie, une convention éclectique qui accueille jeux de plateaux, jeux de cartes à collectionner, jeu de rôle, mais aussi murder-parties et autres jeux de rôle grandeur-nature à travers toute la cité du Jura neuchâtelois pour trois jours intenses en événements.

Cette année, en plus de la traditionnelle Maison du Peuple, Ludesco investissait de nouveaux lieux, comme le Club 44 qui hébergeait l’espace familles, et accueillait également un fablab et même des escape games. La petite convention des débuts a beaucoup grandi – près de 6 000 personnes pendant les trois jours – et ça ne se fait pas sans quelques problèmes de croissance.

Le pôle jeu de rôle avait été relocalisé de la grande salle vers l’Imaginarium, une salle plus petite avec un coin BD, un peu à l’écart, mais qui s’est avérée un peu moins bruyante – un peu. L’organisation avait eu la bonne idée de délocaliser des bars dans les salles annexes, pour désengorger quelque peu celui de la grande salle, régulièrement pris d’assaut par les joueurs assoiffés.

Il faut dire que Ludesco est un événement qui fait un réel effort sur la nourriture et les boissons: plats du jours différents à chaque repas avec option végétarienne, planchettes-apéritifs bien garnies – également avec option végétarienne, vrai café, sirop artisanaux et – qui a dit “surtout”? – bières de la Brasserie des Franches-Montagnes à la pompe (notamment l’exceptionnelle Mandragore, ma préférée).

Cette année, 2d Sans Faces avait décidé de renforcer sa présence et si, pour ma part, je ne suis arrivé que le samedi vers midi, c’était pour relever Antoine, présent la veille dès l’ouverture, avec Sanne en troisième larron, tous deux jusqu’au dimanche.

Nous avons proposé des parties en rapport avec notre activité ludique récente – Itras By pour Antoine et Sanne, Freaks’ Squeele pour moi. Les deux jeux se sont d’ailleurs taillés un joli succès. Nous avons pu animer de nombreuses parties – j’en ai même mené une sous la “Tente des Mille et Une Nuits”, dans la grande salle – et même vendu pas mal.

Bon, ma partie sous tente a été quelque peu dérangée par la remise des Swiss Game Awards; disons que j’aurais apprécié que l’organisation prenne en compte cet événement dans l’organisation des parties et ménage une pause d’une demi-heure pour permettre à la cérémonie de se dérouler sans compétition.

J’avoue également que je me suis laissé quelque peu emporter par mon enthousiasme en acceptant un hébergement en dortoir. Je dors très mal en dortoir et, sans surprise, j’ai mal dormi – même si le lieu était propre et bien équipé. Hachetague TeamVieux, mais la pochaine fois, je choisirai sans doute l’hôtel.

C’était je crois la première fois, depuis l’époque des Temps Héroïques de la Chazam, que je restais plus d’une demi-journée sur La Chaux-de-Fonds et c’était cool. Ça m’a donné plus de temps pour socialiser avec l’ami Tirodem, venu organiser un grand événement mi-murder, mi-concert, et pour discuter avec les habitués et les fans. Et pour jouer, bien sûr.

J’ai l’impression que mon foie est moins enthousiaste, cela dit.

Ma galerie de photos de la convention est dispo sur Flickr.


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :