"Manhattan Marylin", de Philippe Laguerre

“Manhattan Marilyn”, de Philippe Laguerre

Kristin Arroyo, ancienne militaire américaine impliquée dans le mouvement Occupy Wall Street, découvre par hasard des clichés inédits de Marilyn Monroe. Cette découverte ne va hélas pas passer inaperçue. Ainsi commence Manhattan Marilyn, thriller de Philippe Laguerre (a.k.a Philippe Ward).

C’est sur la recommandation de mon excellent collègue Julien Heylbroeck, bi-classé rôliste / vrai écrivain, que j’ai découvert ce roman. Sa chronique était très enthousiaste, mais je dois avouer que je le suis nettement moins après avoir lu le bouquin.

Commençons par les points positifs: Manhattan Marilyn est un page-turner efficace. Malgré tous les autres points négatifs, j’ai eu envie de connaître la suite et je l’ai fini somme toute assez rapidement. Pour un thriller, c’est plutôt une bonne chose.

Les personnages tiennent la route et sortent des créneaux habituels: Kristin est une militaire latino, dégoûtée par la conduite de la guerre en Irak et active au sein de Occupy Wall Street, dont l’auteur fait revivre les derniers instants, et son vis-à-vis Michael Pear est un milliardaire “éthique”.

L’histoire est aussi intéressante – je ne vous la dévoilerai pas ici, mais elle est assez facile à deviner. À vrai dire, ce dernier point est un souci majeur tout au long du texte: il y a beaucoup d’éléments de l’intrigue de ce roman qui sont faciles à deviner – à commencer par le fait que deux des protagonistes vont coucher ensemble.

Le problème majeur, c’est que le complot derrière toute l’histoire nécessite une suspension d’incrédulité majuscule. Il fait basculer le ton du thriller contemporain (semi-)réaliste au pulp, mais sans jamais l’assumer. D’ailleurs, il intervient à mon avis trop tard pour cela.

J’aurais eu des choses à dire sur le découpage en parties (qui n’apportent à mon avis rien) et en chapitres, qui se terminent souvent de façon abrupte, mais je me suis aperçu que ça donnait un côté feuilletonnesque au bouquin, qui n’était somme toute pas désagréable.

Néanmoins, ce découpage renforce mon impression que Manhattan Marilyn ne sait pas vraiment ce qu’il se veut. Avec sa révélation aux limites du merveilleux scientifique, son côté conspirationniste et ses adversaires de haut niveau, il aurait pu faire un chouette bouquin de pulp contemporain.

En restant par ailleurs dans les codes du thriller, il rate une occasion et cause ainsi une forme de dissonance cognitive chez le lecteur – enfin, chez moi, en tout cas. Manhattan Marilyn n’est pas un mauvais roman, mais je le trouve un peu le cul entre deux chaises et ça me dérange.

Pour conclure, j’ai un peu du mal à recommander ce livre. Comme mentionné, il n’est pas mauvais, mais il ne m’a pas vraiment enthousiasmé.

 

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur ““Manhattan Marilyn”, de Philippe Laguerre”

%d blogueurs aiment cette page :