Namibie: le retour

Safari Court Hotel, Windhoek

Bon, les copains, c’est pas pour me vanter, mais depuis ma chambre d’hôtel en Namibie et du haut de mes 36 heures sans dormir, je me sens un peu cassé. Car, je le rappelle pour ceux qui nous ont rejoint – ou qui ont oublié – depuis, ma virée namibienne de février 2016 avait pour but principal de préparer ce voyage-ci.

Car oui, à mon boulot, il est revenu le temps, non pas des cathédrales (c’est pas loin, cela dit), mais de l’Assemblée. La grosse, celle avec une majuscule et qu’on prépare pendant bien quatre ans et dont on gère les conséquences immédiates pendant les deux années qui suivent.

La précédente, c’était en 2010; faites le calcul, le compte y est. Elle avait l’avantage de se dérouler à Stuttgart, c’est-à-dire pas très loin – six heures de train, c’te blague! Là, c’est bien douze heures d’avion minimum. Et comme les avions et moi, on n’est toujours pas supercopains, je n’ai pas dormi une broque pendant le trajet.

Tout ça pour vous parler, non pas de ma petite santé, mais de celle du blog et, plus généralement, de mon activité en ligne: elle va être ralentie. L’Assemblée, c’est une dizaine de jours avec un rythme de travail de l’ordre de « 8 h – 22 h » dans les bons jours. En d’autres termes, la piscine sur la photo ci-dessus, il n’y a aucune chance que je puisse en profiter.

Par contre, à la suite, je me suis offert un petit safari-photo de trois jours dans une réserve naturelle; tant qu’à être en Namibie, autant prendre un peu de temps pour voir quelques animaux. Il est donc peu probable que j’émerge avant mon retour, le 23 mai.

Cela dit, à toute chose malheur est bon et j’ai profité du voyage en avion pour pondre quelques articles, qui devraient être publiés sur les deux prochaines semaines. Vous voyez: même surchargé de travail, je pense quand même à vous.

La deuxième bonne nouvelle, c’est qu’aucun ne traitera de politique française contemporaine. J’ai déjà dit ce que j’avais à dire sur le sujet de la présidentielle; si je devais continuer, il faudrait que j’aille chercher dans les grossièretés.

Alors d’ici à mon retour officiel, soyez sages et n’oubliez pas de nourrir les LOLcats.

Chats de Namibie

LOLcats locaux.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :