Nemo: R€volu$ion

Je dois vous avouer que, ces temps-ci, je trépigne pas mal pour pouvoir vous chroniquer certaines des dernières galettes que je m’écoute. Je m’en abstiens car ce sont des albums que j’ai obtenu par une méthode que, de façon imagée, je qualifierais de “service de presse de seconde main” et que je préfère les avoir acquis légalement avant de vous en causer. Eh oui, c’est le problème avec l’éthique: ça pompe le sang et ça donne des maladies. Encore que je confonde peut-être.

Cela dit, j’ai quand même une acquisition récente dont je peux vous entretenir sans arrière-pensée: R€volu$ion, dernier album des Français de Nemo. Ce n’est peut-être pas élégant de les faire passer pour des viennent-ensuite (en même temps, dans les trucs en attente, j’aime autant vous dire qu’il y a du lourd), mais il faut aussi avouer que je n’avais pas été spécialement enthousiasmé par leur précédent opus, Barbares.

À vrai dire, celui-ci n’entraîne pas chez moi une hypertrophie de la glande dithyrambique non plus, mais je l’ai quand même trouvé largement plus intéressant. Certes, la voix de Jean-Pierre Louveton ne me revient toujours pas, mais musicalement, le groupe a fait un grand bond en avant, passant de “mouaibof” à “ah, ouais, pas mal!”, avec quelques pointes vers “eh, mais c’est bien, ça!”. Une grande partie de ces améliorations sont sans doutes dues à l’adjonction d’un second guitariste, qui vient renforcer pas mal de morceaux, comme « R€volu$ion ».

Curieusement, le morceau qui me plaît le plus sur cet album est “Loin des yeux”. Je dis “curieusement” car, avec ces 24 minutes, c’est en fait une suite de tableaux sous-titrée “Barbares parties VIII à XII”, mais rien que l’instrumental d’intro mérite de passer outre cette parentée. En fait, c’est un morceau qui résume assez bien le reste de l’album: des passages instrumentaux de pure folie, mais dès que ça commence à chanter, le soufflé retombe. Bon, j’avais déjà expliqué pour l’album précédent (et environ 175 autres articles) que la chanson française et moi, on ne prends pas nos vacances ensemble, donc je pars sur un a priori négatif.

Tout bien pesé, je pense quand même que R€volu$ion est un plutôt bon album; le fait que le chanteur me porte sur les nerfs est quelque chose de purement personnel et je soupçonne que la plupart des gens qui y prêteront une oreille en déduiront juste que je suis un vieukon avec des marottes de vieukon qui ne sait pas ce qui est bon (barrez-vous de mon gazon, sales mômes!). Musicalement, je le trouve assez largement supérieur à Barbares, notamment avec un soin particulier porté aux mélodies, plus accrocheuses et pêchues.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :