Nightwish: Human. :||: Nature.

Un nouvel album de Nightwish, c’est toujours un événement. En une vingtaine d’années, le groupe finlandais a atteint le statut d’icône du metal. Et si vous ne les aimez pas – ou que vous trouvez que ce n’est pas du metal, c’est pareil!

Cinq ans après son précédent, voici donc Human Nature, ou Human. :||: Nature. selon la graphie de l’album; ne m’en voulez pas, mais pour cette chronique, je vais rester au plus simple, parce que l’album, lui, n’est pas vraiment simple.

Rappel pour les trois du fond qui roupillent: Nightwish est donc une formation finlandaise qui non seulement fait du metal symphonique a voix féminine, mais qui a fait, dans le sens « créé », le genre. Il y a une raison pour laquelle Angry Metal Guy parle de « nightwishcore » pour désigner les groupes de metal symphonique à voix féminine.

Et donc, ce Human Nature n’est rien de moins qu’un double album: sur le premier, neuf pistes entre cinq et sept minutes, pour un total un peu au-dessus de cinquante minutes, là où le second ne dure qu’une demi-heure, sous la forme d’une suite instrumentale, en huit parties, intitulée « All the Works of Nature Which Adorn the World ».

Je dois vous avouer que j’attaque cette chronique après deux semaines d’écoute intensive de Human Nature. Et, même après plus d’une quinzaine de passages, j’ai un peu du mal à l’appréhender.

Il n’est pas fondamentalement différent de précédents opus, notamment de Endless Form Most Beautiful, mais il comporte son lot de surprises. À commencer par un premier titre, « Music », plutôt calme; il faut attendre son pendant, « Noise », pour avoir quelque chose de plus classique, du peak Nightwish en la matière.

L’autre titre vraiment surprenant, c’est « Harvest », une composition folkisante qui m’a immédiatement fait penser à Alan Menken. Les mauvaises langues caractérisent souvent Nightwish comme du « Disney-metal »; pour le coup c’est à 100% vrai, tout en restant 100% Nightwish.

Fondamentalement, tout Human Nature peut se résumer par « c’est du Nightwish, mais pas comme d’habitude ». Le style est reconnaissable entre mille, mais il y a dans cet album des expérimentations que, fondamentalement, seul Nightwish aurait pu oser – précisément parce qu’ils sont Nightwish et qu’ils peuvent se le permettre.

Alors on ne va pas se mentir: ça ne fonctionne pas à tous les coups. Il y a des pistes plus convenues et des trucs qui tombent un peu à plat. Notamment, l’instrumental « All the Works of Nature Which Adorn the World » ne m’a pas convaincu outre mesure, à part peut-être son final. Ce qui est un peu embêtant pour une piste qui fait plus d’un tiers de l’ensemble.

Reste que, dans l’ensemble, Human Nature est impressionnant. Déjà, je l’ai trouvé bien plus varié que les précédents albums. L’intégration de Troy Donockley à la composition apporte un plus indéniable. Le fait qu’on le retrouve aussi au chant – en plus de Marco Hietala, qui se faisait de plus en plus rare et qui revient sur « Endlessness », pour mon plus grand bonheur.

Il serait sans doute facile pour Nightwish de s’asseoir sur ses lauriers, mais le groupe continue à travailler et, sur les derniers albums, il me donne de plus en plus l’impression d’être vraiment un groupe et pas un groupe plus une chanteuse.

Le résultat, Human Nature, est très convaincant, avec des éléments exceptionnels et même quelques surprises. Quand est-ce que votre groupe préféré vous a surpris pour la dernière fois?

Bonus: les vidéos de « Noise », de « Harvest » et de « All The Works Of Nature Which Adorn The World – Ad Astra ». Oui: trois vidéos, parce que cet album vaut au moins ça.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

9 réflexions au sujet de “Nightwish: Human. :||: Nature.”

  1. Pas toujours ma bolée de cidre mais j’aime bien m’en écouter….parce que j’aime aussi Disney . Bref, il ne va pas révolutionner la position des metaleux à leur sujet.

    Répondre
  2. Je vais aller ecouter tout ca. Merci pour le coup de projo. Autant j’ai beaucoup aimé Nightwish auparavant, autant actuellement je suis moins convaincu/fan.
    Ma préférence va plutot pour Within Temptation qui depotte en concert alors que NW etait moins percutant. AMHA

    Répondre
    • Il y a quelques années (= pas loin de dix ans), j’avais vu à la suite Delain, Within Temptation et Nightwish (à la Foire aux Vins de Colmar). Si Within avait eu le show le plus impressionnant visuellement (débauche de light, projections vidéo, plus un gros orage, mais ça je crois que ce n’était pas prévu), Nightwish avait été au moins au même niveau (lance-flammes et traditionnel dynamitage de la scène en final).

      Répondre
  3. Je suis en plein remake de mes impressions sur l’opus précédent. Pas convaincu au premier abord, et puis quelques excellents morceaux qui se dégagent (il y a aussi “Pan”), surtout dans la 1è moitié.

    “All the Works…” semble vouloir imiter “The greatest show on earth”, en beaucoup plus monotone. Pour moi aussi ça tombe à plat.

    Je doute que, globalement, je l’écoute autant que les précédents.

    Répondre
  4. Des quelques écoutes consacrées à l’album, j’en retiens ceci : correct, sans plus. Cette manie de concocter des pièces montées toujours plus sophistiquées, ça me rebute plus que ça ne m’attire. En picorant ici et là, je dégage d’agréables moments, bien entendu. Avis mitigé.

    Répondre
    • Les pièces montées, c’est un peu dans l’ADN de Nightwish, hein. Je soupçonne fortement Tuomas Holopainen d’en être le principal responsable.

      Après, quand tu écoutes du prog, ça ne te choque pas vraiment. 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :