Radio-Erdorin, saison 2, épisode 5

Cet article est le numéro 16 d'une série de 49 intitulée Radio-Erdorin

Il faut croire que la parution en presque-avance de l’épisode d’avril était un accident de parcours, une anomalie statistique, car en ce 10 juin (date à laquelle j’écris cet article), l’épisode de mai 2019 de Radio-Erdorin est en cours de chargement, sur YouTube et sur Peertube.

J’aurais pu mieux faire, mais j’ai tardé à la rédaction du script et j’ai planté une première séance d’enregistrement, jeudi. Ça aurait pu être pire: on avait prévu d’avoir des invitées, mais elles ont dû décommander à la dernière pour un pépin de santé. Et heureusement que ce lundi était férié!

Bref, ce fut un peu la galère. Ça se ressent à la durée d’enregistrement: une heure et quart de rushes pour un peu moins de vingt minutes utilisées au final et un épisode de vingt-six minutes en ajoutant les extraits. Ce fut donc laborieux.

Il va falloir que je me méfie pour juillet, qui est en général pas mal serré aussi, entre un concert prévu le 29 et le départ pour la Japan Expo dès mercredi.

Pas mal de prog dans cet épisode et, surtout, beaucoup de groupes suisses: les cinq formations vues en concert étaient helvétiques, de même que cinq des onze albums chroniqués. J’avais prévenu, ne venez pas pleurer!

Le retard dans les enregistrements m’a cependant permis de préparer bien à l’avance tous les différents extrais et habillages, ce qui fait que le montage final a été plus rapide que d’habitude. Par contre, j’ai de nouveau raté mon cadrage et les incrustations sont de nouveau à gauche de l’écran. Cela dit, je ne suis pas certain que ce soit très gênant.

Deux choses à améliorer: d’une part, un script trop “verbeux” et qui est difficile à retenir. D’autre part, j’ai tendance à trop regarder le retour vidéo – le petit écran mobile à côté de l’appareil et j’ai l’impression que ça se voit beaucoup, je ne regarde pas l’objectif et, donc, le spectateur.

Je mentionne les ennuis avec ContentID: l’épisode de mars 2019 a été effacé, puis est revenu suite à ma contestation – je ne sais pas si c’est celle par courrier auprès de la maison de disque (pour laquelle je n’ai jamais eu de réponse, ne serait-ce qu’un accusé de réception) ou celle auprès de YouTube.

Au passage, je signale d’ailleurs que j’avais été interviewé sur ce sujet, le mois passé, par le podcast Decryptualité de l’April.

Depuis, c’est celui de juin 2018 qui a dégagé. Et le présent épisode a été carrément dépublié au moment où je l’ai mis en ligne! C’est pourquoi l’insert de cet article vient du “miroir” des épisodes de Radio-Erdorin sur Peertube.

Je continue à contester systématiquement les notifications et effacements, mais j’ai toujours l’impression de parler à un mur et c’est usant. J’aimerais bien que quelqu’un m’explique clairement comment faire ce genre de vidéos sans risquer à tout bout de champ les mouvements d’humeur – ou, plus probablement, l’utilisation aveugle d’algorithme – des ayants-droits.

Je vous signale également que, en plus de la page Facebook qui y est dédiée, Radio-Erdorin est également présent sur Instagram. C’est surtout du partage promotionnel des articles.

Naviguer dans cette série

Radio-Erdorin, saison 2, épisode 4Radio-Erdorin, saison 2, épisode 6

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

7 réflexions au sujet de “Radio-Erdorin, saison 2, épisode 5”

  1. Que du bonheur, Cellar Darling ^^

    Ahem, je l’avais déjà dit.

    Bon anniversaire du coup, et à ce sujet, je te dirais.. lâche rien… sauf Youtube!

    C’est vrai quoi, Peertube suffit amplement, et c’est pas comme si t’avais 100’000 followers qui devraient faire l’effort incommensurable de switcher de plateforme… En plus, c’est montrer le juste chemin (ou en tout cas un meilleur), tout ça, tout ça. Non?

    Répondre
    • Pour le moment, j’ai les deux; le jour où YouTube me jettera, je partirai, mais je suis trop têtu pour faire un ragequit.

      Répondre
  2. Left Unsaid, sold ! Metal instru, Plini, ça coche toutes les cases de mon petit cœur de metalleux. J’y jetterai une oreille ASAP.
    Je prendrais sans doute aussi le premier Cellar Darling parce que… ben c’est cool…

    Encore merci pour tes chroniques. Bon anniversaire et longue vie à Radio Erdorin.

    Répondre
    • Et là c’est le drame!

      Mais bon, le blog c’est 10-12 fois par mois au lieu d’une fois, et des chroniques de 300-600 mots en moyenne, au lieu d’une ou deux misérables minutes.

      Autre avantage du blog: on y voit moins ma tronche. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :