Renaissance, première époque

Terre, 2084: bouleversements climatiques, extinction de masse, pandémies, guerres locales, algorithmes tueurs. L’humanité semble vivre ses dernières années lorsqu’arrivent d’immenses vaisseaux: « Nous sommes Renaissance, n’ayez pas peur. »

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai vu Mars Attacks!, alors des extra-terrestres qui débarquent en masse, en disant « n’ayez pas peur », je me méfie. Sauf que là, pour le coup, j’aurais tort.

Renaissance, c’est une mission « humanitaire » extra-terrestre, une coalition de peuples humanoïdes (mais pas seulement), qui s’est donné pour but de sauver les Terriens. Comme ça, par pur altruisme.

OK, c’est plus compliqué que ça et c’est justement ce que racontent les trois tomes de cette bande dessinée, signée Emem (dessin et couleurs), Fred Duval (scénario), avec l’assistance de Fred Blanchard au design.

J’ai écrit en titre « première époque », parce que ces trois volumes forment une histoire complète, celle du premier contact entre les Terriens – survivants – et leurs sauveteurs extra-terrestres.

Ce qui ne va pas sans mal: au Texas, ils se retrouvent face à des autochtones qui oscillent entre la méfiance et l’hostilité pure et simple, doivent gérer l’immense incendie d’un complexe pétrolier qui menace de satelliser toute la région, sous compter les militaires sécessionnistes.

À Paris, c’est un peu plus calme: il leur faut juste gérer une pandémie majeure et des machines autonomes agressives. Comme quoi, comparés à des Texans, même les Parisiens apparaissent comme des gens raisonnables.

L’histoire suit en parallèle un couple extra-terrestre, Swänn et Sätie, qui se retrouvent à faire équipe avec une Terrienne, la Parisienne Hélène et la Texanne Liz. Sans vouloir trop révéler de l’intrigue, les deux équipes ainsi formées vont devoir gérer les urgences et, en creux, découvrir certains aspects moins reluisants de l’opération.

Ceux qui me connaissent verront sans problème ce qui m’a attiré dans Renaissance. La problématique d’une civilisation extra-terrestre qui s’interroge sur une opération de sauvetage de notre Terre est un peu au cœur d’Erdorin – et plus encore de Progressions.

(Oui, un jour je reprendrai l’écriture.)

Il y a d’ailleurs pas mal de points communs entre « ma » civilisation stellaire et « l’Assemblée complexe » de Renaissance. Et, même avec une technologie supérieure, même en y mettant des très gros moyens et même avec une humanité à bout de souffle, les extra-terrestres galèrent pas mal.

L’ensemble est résolument optimiste, tout en évitant la naïveté. Il y a des intérêts économiques en jeu, des grenouillages de pouvoir et de l’opportunisme, d’un côté comme de l’autre. Et quelques Sombres Secrets, pour ne rien arranger.

Il y a aussi quelques fusils – enfin, crabes – de Tchekov qui laissent entendre des drames à venir.

En plus d’une histoire bien foutue, Renaissance bénéfice d’un dessin classique (Emem avait auparavant signé Colomb Pacha, dans la série Jour J), mais très soigné, rehaussé de décors et de mecha-design impressionnants. Les structures extra-terrestres ont un côté mi-Roger Dean, mi-Simon Stålenhag, surtout au milieu de paysages terriens.

Bref, c’est de la bonne, voire très bonne science-fiction, qui prend quelque peu le contre-pied des Méchants Envahisseurs™ avec un point de vue presque utopiste. Vous me direz, la suite peut nous réserver quelques sales surprises et j’entends bien. Mais pour le moment, ne boudons pas notre plaisir.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee et sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Renaissance, première époque”

    • Aaaah! C’était chez toi que je l’avais vue…

      Je savais que mon regain d’intérêt venait d’un blogueur, mais après avoir vérifié les suspects habituels (Gromovar, Lorhkan, Anudar, etc.) je n’avais pas trouvé. J’aurais dû la sauvegarder pour ne pas oublier et pouvoir te créditer comme il se doit.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :