Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Russian Circles: Blood Year

Russian Circles: Blood Year

Petit moment d’histoire bloguesque: Russian Circles est un des premiers groupes de post-rock que j’ai découvert, notamment avec son album Geneva. Bah oui. Depuis, le groupe a fait pas mal de chemin et, plus de dix ans plus tard, je les retrouve avec un nouvel album, Blood Year.

Russian Circles, c’est un peu l’archétype jungien du groupe de post-rock. Déjà, c’est un trio: guitare, basse et batterie; pas de gras, que du muscle. C’est aussi un post-rock instrumental très râpeux. Quand ça envoie le jus, ça y va à la ponceuse à gros grains.

Sept pistes, un poil moins de quarante minutes: là encore, on sent que Blood Year a viré tout le superflu. Certes, cinq des compositions sont entre six et huit minutes, mais même ainsi, ce n’est pas exagéré.

Le post-rock et moi, c’est une histoire d’amour-haine. OK, plutôt une histoire d’amour-meh. Je trouve que c’est un genre qui tourne beaucoup en rond et j’ai tendance à me méfier des recommandations diverses, parce que je suis souvent déçu par le manque d’originalité.

Russian Circles est particulier, en ce que c’est un groupe qui me semble être original en restant au plus près des racines du genre. Il n’y a fondamentalement rien dans Blood Year qui n’a pas déjà été entendu et ré-entendu, mais c’est une sorte de retour au source.

J’ai déjà dû vous mentionner cette citation d’Antoine de Saint-Exupéry, “la perfection est atteinte quand il ne reste plus rien à retirer”. De ce point de vue, Blood Year est un album de post-rock parfait: il n’y a là que le strict nécessaire et ça le rend original.

C’est particulièrement évident avec “Milano” – toujours cette inspiration urbaine – “Kohokia” et son rythme implacable, “Sinaia” ou “Quarterted”, pour finir dans la brutalité.

Si, un jour, quelqu’un qui n’y connaît rien vous demande une recommandation post-rock, Blood Year est probablement un des meilleurs choix d’album récent que vous pouvez trouver. Vous pouvez le trouver sur Bandcamp.

Bonus: la non-vidéo de “Milano”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :