Shores of Null: Beyond the Shores (On Death and Dying)

Hasard de la programmation (ou pas), après Deathless Legacy, voici Beyond the Shores de Shores of Null. Si, musicalement, les deux groupes sont pas mal différents, il s’agit aussi ici d’un groupe italien qui propose un morceau unique décliné sous la forme d’un moyen-métrage.

Groupe originaire de Rome et actif depuis 2013, Shores of Null propose un doom-metal gothique, qui touche un peu au prog par la complexité de ses compositions. L’album est principalement en chant clair, mais il compte quelques passages en growl.

Beyond the Shores est donc un concept-album de près de quarante minutes, qui se présente sous la forme d’un unique morceau. Au sein de celui-ci, il y a néanmoins plusieurs tableaux, basés sur les « cinq étapes du deuil » (modèle très populaire, mais pas très scientifique).

Au cas très improbable où vous vous attendriez à des galopades effrénées et des soli de folie, je préfère toute de suite préciser que ce n’est pas le genre de la maison. La musique de Shores of Null avance à un pas que l’on imagine cadencé sur celui du cheval qui tire un corbillard.

De l’intro au violon à la conclusion sous un orage dantesque, Beyond the Shores accompagne le défunt vers sa dernière demeure. L’auditeur n’est jamais entièrement d’être à sa suite, ou d’être le défunt lui-même.

Oh, certes, il y a quelques accélérations tout au long de l’album, mais elle sont rares et Beyond the Shores reste sur un rythme lent, parfois mid-tempo. Mais il ne faut pas croire pour autant que ça rend l’album ennuyeux: il y a une grande variété d’ambiances très réussies.

Shores of Null semble avoir bien intégré le principe du concept-album en utilisant des thèmes musicaux qui vont se répéter tout long de l’album, comme le refrain « life is at war with us » ou le thème de l’intro au violon, repris ensuite à la guitare.

Et puis il y a des morceaux de bravoure, comme le duo avec la chanteuse Elisabetta Marchetti vers la moitié de l’album, qui ne peuvent que vous donner la chair de poule. Ou alors c’est que vous êtes comme le macchabée: mort en dedans.

C’est à mon collègue Jean-Christophe, de Néoprog, que je dois la découverte de cet excellent album; que ses vinyles ne se raient jamais. À sa suite, je ne peux que vous le recommander. Vous pouvez trouver Beyond the Shores sur Bandcamp et je vous recommande également la vidéo (elle est moins kitsch que celle de Deathless Legacy).

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee et sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

1 réflexion au sujet de « Shores of Null: Beyond the Shores (On Death and Dying) »

  1. Une pure merveille ce titre ainsi que la vidéo qui l’accompagne. Il fallait l’oser est c’est vraiment réussi.
    Merci pour cette nouvelle citation, content de te faire découvrir ces petites perles. Sinon pour que mes vinyles se raient, il faudrait que je les écoute, pas le temps actuellement, trop de nouveautés à écouter et celui d’Anneke n’est pas encore arrivé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :