Stranger Things, saison 2

Stranger Things, saison 2

Un an s’est écoulé après les événements qui ont secoué la petite ville d’Hawkins – et surtout les quatre gamins qui jouaient à D&D avant que l’un d’entre eux, Mike, disparaisse. Mais les problèmes sont, eux, loin d’avoir disparu quand commence cette deuxième saison de Stranger Things.

Difficile de trop parler de cette série sans en révéler des éléments – je vous ai épargné le poster officiel, qui contient un spoiler majeur bien que prévisible – mais l’inquiétant monde parallèle appelé “Upside Down” va une fois de plus commencer à s’imposer dans la réalité, sauf que là, la menace n’est pas seulement un ou deux monstres égarés, mais bien une invasion majeure.

Alors on ne va pas se mentir: j’ai bien aimé cette deuxième saison, mais moins que la précédente – pour laquelle je n’avais déjà pas été aussi enthousiaste que nombre de mes contacts. La surprise est passée et cette plongée dans une Amérique de petites villes rurales dans les années 1980 est certes plaisante et remarquablement réalisée, reste un ton en dessous de la précédente, malgré des enjeux supérieurs.

Cela dit, c’est “un ton en dessous” d’une première saison quand même pas mal chouette. En plus de la reconstitution d’époque, toujours impressionnante et facteur majeur d’immersion, les acteurs sont toujours au taquet – mention spéciale pour le shérif, toujours aussi impressionnant. Le souci, c’est peut-être qu’il manque à cette histoire un antagoniste clairement identifiable et non une menace extra-planaire.

Aussi, j’ai eu l’impression que cette saison avait surtout pour but de finir de dérouler tous les fils narratifs laissés en suspens. Un peu comme s’il s’agissait plus de la deuxième moitié de la première saison plutôt qu’une deuxième de plein droit. C’est un peu gênant et ça donne l’impression qu’il est à peu près impossible de la suivre sans avoir vu la première.

Au moins, cette saison 2 ferme la plupart des portes – humour! – et ne laisse en suspens que quelques éléments mineurs. On sait déjà qu’il y aura une saison 3 de Stranger Things qui devrait – conditionnel – enchaîner de nouveau un an plus tard (1985, donc). Je pense que je la regarderai, mais avec un œil plus critique.


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :