Therion: Leviathan

Ah, Therion! Un nom qui claque au vent du metal-opera symphonico-gothique comme un étendard baroque. Avec Leviathan, la formation suédoise revient après ce que l’on pourrait charitablement appeler une traversée du désert.

Therion est un groupe qui aligne plus de trente ans de carrière, d’abord dans le death-metal, puis dans le symphonique à grand spectacle. Depuis ma dernière chronique, sur Sitra Ahra, il y a eu deux albums que je n’ai pas acheté pour des raisons diverses.

Les Fleurs du Mal était un album de reprises de variété française. Juste non. Mais, genre, jamais. Quant à Beloved Antichrist, un metal-opera sous la forme d’un triple CD, son seul format m’a découragé. Et oui, c’est un prog-head qui vous dit ça.

Avec Leviathan, Therion semble revenu à un format plus raisonnable. Je ne dirais pas « raisonnable » tout court, mais moins boursouflé. À la base, il compte onze pistes et dure un peu plus de trois quarts d’heure. Le digipack que j’ai reçu y rajoute pas moins de cinq pistes bonus, mais j’y reviendrai.

Malgré un départ un peu bizarre, on retrouve sur cet album le Therion des années 2000. Ce qui peut se traduire par « de la grosse choucroute », avec de l’orchestration symphonique, des chœurs en veux-tu, en voilà, des thèmes biblico-mystiques, etc. Il y a même un titre en allemand, c’est dire!

On va être honnête: il y a du bon et du moins bon dans ce Leviathan. Le bon est vraiment bon, le moins bon est honorable; rien de honteux.

Dans la première catégorie, on trouve « Tuonela », avec Marko Hietala en invité, le morceau-titre, « Die Wellen der Zeit », ainsi que « Psalm of Retribution » ou « El Primer Sol ». Dans la seconde, un peu tout ce qu’il y a entre les deux.

Et puis il y a les morceaux bonus, qui franchement n’apportent rien. Je veux bien que « Tuonela » soit probablement la meilleure piste de Leviathan, mais ce n’était peut-être pas indispensable de nous en fournir quatre autres versions.

Je reste un peu mitigé, mais franchement, je craignais pire. La bonne nouvelle, c’est que Therion semble être revenu à un niveau plus que correct. Leviathan n’est pas le meilleur album du groupe, mais il est globalement bon, avec des pointes d’excellence.

Bonus: la vidéo de… ben tiens, de « Tueonela » justement

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Therion: Leviathan”

  1. C’est vrai que Therion s’était bien égaré avec Beloved Antichrist dont je me suis débarrassé après une écoute… ‘avoue ne pas avoir eu la force d’écouter celui-là même si nous l’avons en stock, il y a tellement de bons albums à écouter à la place 😉

    Répondre
    • Beloved Antichrist, j’en ai entendu quelques rares bouts et, si ça n’avait pas l’air complètement honteux, je ne me sentais vraiment pas d’investir la durée de trois CD là-dedans. On en revient à ce que tu dis: il y a tellement d’autres albums à écouter.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :