Vinc2: Rescued from Drowning

Il y a cinq ans, Vinc2, pseudo derrière lequel se cache le dénommé Vincent Coudert, avait sorti un premier album, By the Third Sea – que j’avais brièvement chroniqué il y a un an, parce que Suisse. Son nouvel opus, Rescued from Drowning, est sorti il y a quelques semaines et je me dis qu’il serait peut-être temps de se plonger dans son étrange ambiance.

Vinc2, c’est une musique quasi-exclusivement instrumentale, plutôt minimaliste – genre clavier tout seul, parfois avec un violoncelle et quelques bruitages, ou des poèmes déclamés – qui s’apparente à une forme de post-rock par sa tendance à tisser des ambiances musicales complexes et intimistes.

Alors bon, c’est clair que ce n’est pas vraiment du post-rock classique; si vous avez l’habitude du post-rock à grosses guitares qui tabasse, façon Toundra, vous risquez la déception.

Rescued from Drowning est beaucoup plus court que By the Third Sea. Genre, de moitié: huit pistes de l’ordre de trois minutes et une durée totale en-dessous de la demi-heure. Ce n’est pas forcément un mal: un format resserré permet d’aller à l’essentiel.

Alors c’est clair qu’au milieu des albums de metal progressif et autres formations brutalistes, un artiste comme Vinc2 fait un peu bizarre avec une musique qui ressemble plus à la bande originale d’une documentaire contemplatif. Après, je pense que ceux qui me connaissent – ou qui suivent le blog depuis un moment, devraient avoir l’habitude.

Au reste, il y a dans Rescued from Drowning un ou deux titres qui sortent de l’ordinaire, comme “I Have a Cold” (je compatis) ou “TDR”, qui est bien plus proche d’une composition post-rock classique. Cela dit, c’est un album qui est assez étrange, comme une collection d’ambiances sonores disparates, mais qui trouvent un sens au voisinage les unes des autres.

Personnellement, c’est un album que j’apprécie par sa variété et son côté sans esbrouffe. Après, je ne suis pas certain que je pourrais en écouter cinq comme ça dans le mois.

Rescued from Drowning est disponible sur Bandcamp; si le concept vous intrigue, le plus simple est d’aller l’y écouter.


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :