Les brefs du samedi: The Algorithm, Flicker Rate, Vinc2

The Algorithm / Flicker Rate / Vinc2

Allez, on reprend les bonnes habitudes avec les [whatever] du samedi, dans le cas présent une petite sélection d’albums courts, EP et autres, qui ont atterri dans ma liste de lecture ces dernières semaines. Sans surprise, il y a beaucoup d’instrumental, avec la bitpop de The Algorithm, le prog/post-rock de Flicker Rate et le post-rock ambiant de Vinc2.

On commence par Brute Force: Source Code, deuxième DLC de Brute Force, l’album de The Algorithm. S’inspirant des jeux vidéos, le projet français d’électro/bitpop/metal/prog reprend l’appellation DLC (pour downloadable content) pour désigner des EP quatre titres, dont l’un est un remix de l’album originel.

Sans surprise, ce Brute Force: Source Code propose donc quatre pistes qui tabassent. Même si je n’ai pas été convaincu par la prestation scénique de The Algorithm, les versions studio sont des concentrés d’énergie, cumulant le synthétique de la bitpop et les grosses guitares et la batterie surpuissante du metal.

Si vous avez aimé Brute Force, jetez vous sur les DLC, c’est de la bonne came! En plus, à un euro la piste sur Bandcamp, le prix est raisonnable.

Flicker Rate est un groupe que j’ai découvert par son compositeur, Spencer Bassett, qui m’a contacté sur Facebook. Son EP Reframe propose quatre pistes de rock progressif contemporain instrumental, qui s’approche un peu de ce que fait un David Maxim Micic avec une louche ou deux de post-rock dans certaines ambiances (« Summit », ou « Airspace »).

Je dois avouer ne pas avoir été entièrement convaincu par cet EP. Non pas que ce soit mauvais ou mal fait, bien au contraire: le musicien connaît son affaire et les compositions sont soignées, en plus d’une production solide. Seulement je n’ai pas trouvé l’ensemble super-original. Je soupçonne que j’ai entendu un peu trop d’albums de ce genre, dernièrement.

Je reste avec une impression de déjà-entendu tenace, mais que ça ne vous empêche pas d’y jeter une oreille: il est disponible sur Bandcamp à £1 – mais rien ne vous empêche de donner plus si ça vous plaît.

Vincent Choudert, Vinc2 pour les intimes, est un de ces artistes de la scène post-rock – et assimilés – française qui produisent en solo des EP et des albums. By the Third Sea est son troisième album. « Bref » n’est peut-être pas le qualificatif le plus adapté à cet opus de près de cinquante minutes découpé en onze pistes, la plus longue faisant sept minutes.

Plutôt que du pur post-rock à grosses guitares, Vinc2 propose un style beaucoup plus intimiste, flirtant avec l’ambiante. Les atmosphères sont éthérées et les mélodies délicates – à l’image du titre « Chansons de soie », seule piste chantée de l’album. De ce point de vue, c’est un peu l’exact opposé de Brute Force ci-dessus.

C’est sympa et reposant, ça ne me laisse pas un souvenir impérissable non plus. Mais c’est un album disponible sur Bandcamp à tout petit prix (€6).

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :