Within Temptation: Resist

Within Temptation: Resist

Avant de vous parler de Resist, le dernier album de Within Temptation, je dois vous faire un aveu: je ne déteste pas la pop. Pour un bi-classé prog-head/metaleux (avec quelques spés exotiques, genre post-rock ou synthwave), ça peut paraître hérétique, mais c’est ainsi. Par “pop”, j’entends la capacité à faire des compositions simples et accrocheuses.

Pourquoi vous balancé-je ça tout de go, avant de chroniquer un groupe que l’on classe facilement dans le metal symphonique? Eh bien parce que Within Temptation, depuis maintenant pas mal de temps, a ajouté à son répertoire une touche pop de plus en plus présente.

Le résultat, c’est un metal symphonique, dont le micro est toujours tenu par la chanteuse et compositrice Sharon den Adel, teinté d’éléments beaucoup plus radio-compatibles. Ce qui a toujours tendance à agacer les fans, surtout les plus metalheads du lot, mais qui, à mon avis, a ses avantages.

Avec dix pistes et un peu moins de quarante-huit minutes, Resist affiche un format très raisonnable. Peut-être trop. La piste la plus longue ne dépasse pas les six minutes. Là encore, on peut y voir l’intention d’avoir un album plus accessible que le commun des choucroutes symphoniques à grand spectacle.

Cela dit, niveau “grand spectacle”, on n’est pas vraiment volés. Within Temptation sait toujours comment balancer des compositions qui poutrent. Ce qui change ici, c’est la volonté d’ajouter des éléments empruntés à des musiques plus électroniques et dansantes.

On aime ou on n’aime pas, force est de constater que c’est efficace. Personnellement, j’aime beaucoup; c’était d’ailleurs la musique qui a accompagné ma lecture de Your Favorite Band Cannot Save You – même si le thème de Resist est plus cyberpunk-futuriste que punk-fantastique.

Malgré ses aspects techno-tchick-boum, Resist contient son lot de brûlots metal. Alors certes, des pistes comme “The Reckoning”, “Endless War” et “Raise Your Banner” commencent l’album sur un rythme un peu lent, mais on a déjà une ambiance bien épique.

À vrai dire, si cet album devrait avoir un vrai défaut – les râlaisons des cé-pa-du-metal-eux ne comptent pas – c’est qu’il tarde à réellement démarrer. Les morceaux lents ou mid-tempo, ça va un moment, mais quand on en enquille quatre à la suite, il faut s’appeler Julien Lepers pour être enthousiaste.

Alors oui, j’aurais bien aimé que Within Temptation appuye un peu sur l’accélérateur, mais l’un dans l’autre, j’ai trouvé ce Resist plutôt bien, voire très bien foutu. Même pour du metal symphonique, il est très accessible – les méchants diront “commercial”, mais ce sont des méchants.

Bonus: la vidéo de “Supernova” – mais si vous préférez écouter tout Resist d’un bloc, le groupe l’a aussi mis en ligne sur YouTube

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “Within Temptation: Resist”

%d blogueurs aiment cette page :