Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/5addc5133f10047669fa2f96c2a3b9cb/web/wp-includes/post-template.php on line 310

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/5addc5133f10047669fa2f96c2a3b9cb/web/wp-includes/post-template.php on line 310

Wunderwaffen, tome 1: Le Pilote du Diable

Les uchronies sur la Seconde Guerre mondiale ont visiblement le vent en poupe, ces temps – surtout si on y rajoute le contingent invraisemblable d’armes secrètes développées par les Allemands. Le premier tome de la bande dessinée Wunderwaffen, dessinée par Maza et scénarisée par Richard D. Nolane déboule donc dans la foulée de Et si la France avait continué la guerre, Le Grand Jeu, Spynest et des films Captain America et Iron Sky.

On y suit les exploits de l’as allemand Walter Murnau dans le ciel de 1946, alors que l’arrivée de nouveaux jets et d’autres armes secrètes a stoppé net le débarquement en Normandie. D’entrée de jeu, le ton est donné: chasseurs à réaction Lippisch P13A contre bombardiers américains B-29 puis, plus tard, les ailes volantes Horten Ho 229, le Focke-Wulf Ta 183 et même, dans un coin, le Triebflügel. Le dessin est alerte – un peu desservi par des onomatopées essouflées – l’impression première est plutôt bonne.

Sauf que. Bon, OK, “sauf que tonton Alias” serait la façon la plus diplomatique de dire les choses. Disons-le ainsi: j’ai déjà lu beaucoup mieux; le problème des uchronies, c’est qu’assez rapidement, on s’habitue à la très haute qualité. Dans mon cas, les travaux de 1940: La France continue (qui a donné le livre Et si la France avait continué la guerre), qui montrent assez rapidement (études historiques récentes à l’appui) que l’Allemagne nazie n’était pas le colosse que l’on décrit, mais un panier de crabe régulièrement à la limite de l’implosion.

En d’autres termes, imaginer que, même en cas d’échec du D-Day, les Allemands auraient eu la force d’arrêter l’avancée alliée et, surtout, soviétique, ne tient pas debout. Un des gros problèmes allemands, c’était que pour chaque chasseur à réaction, les Alliés alignaient dix tromblons à hélice et les Soviétiques vingt; ça, plus le fait que la logistique suivait à peine en tant normal. Et puis imaginer l’état-major nazi comme une entité soudée tient un peu du fantasme.

Bref, pour moi, la suspension d’incrédulité ne fonctionne pas; au moins, avec Le Grand Jeu, on sait tout de suite qu’on est dans un créneau d’aventures entre le pulp d’avant-guerre et le Bob Morane d’après, avec tout ce que ça comporte d’éléments superscientifiques et fantastiques. Encore que, en lisant entre les lignes, on peut deviner qu’il y a des choses vraiment pas claires dans le contexte qui sert de trame à Wunderwaffen – ne serait-ce que par la présence de Jacques Bergier (et non Pierre Berger…), co-auteur du Matin des Magiciens.

Cela dit, je m’en voudrais de trop casser cette bande dessinée. Pour résumer, j’ai des standards de fou furieux quand on parle d’uchronie, surtout Seconde Guerre mondiale (encore que j’en connais des bien pires que moi…). En faisant abstraction de mes râlaisons de pinailleur historiomane, ce premier tome de Wunderwaffen a du potentiel et, pour les amoureux d’avions bizarres, c’est un vrai bonheur.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Wunderwaffen, tome 1: Le Pilote du Diable”

%d blogueurs aiment cette page :